Short Communications

Strength Properties and Groups of Major Commercial Timbers Grown in Kenya

  • B. N. Chikamai Kenya Forestry Research Institute, P. O. Box 30241, Nairobi, Kenya
  • J. K. Githiomi
  • J. M. Onchieku Kenya Forestry Research Institute, P. O. Box 30241, Nairobi, Kenya
Keywords: strength properties, commercial timber, physical and mechanical properties

Abstract



The strength properties (based on two physical and four mechanical parameters) were assessed for 49 timber species grown in Kenya based on small clear specimens. Data on mean values were computed from which other statistical information on minimum, mean and maximum strength values were generated. The relationships between physical and selected mechanical properties were also analysed using regression analysis. The species were further classified into four strength groups based on a method developed in Australia but modified to fit the major uses of timber in Kenya. The results confirmed the influence of moisture content and specific gravity on strength properties. There was an observed increase in specific gravity and mechanical strength properties on drying, a fact which favours the use of dry timber. The results also confirmed that both specific gravity and stiffness are useful in predicting strength properties of timber. However, the moderate values of R2 obtained for several relationships reflect clear variation between species due to various factors and the need for applying allowances (Safety factors) when applying the regression models generated. The strength groups developed revealed that most species in Kenya are suitable for heavy engineering works and building construction. The system of grouping developed is suitable where machine grading is not yet in use on a meaningful scale.

Discovery and Innovation Vol. 13 no. 3/4 December (2001) pp. 144-149

KEY WORDS:

strength properties, commercial timber, physical and mechanical properties

Résumé

Les propriétés de résistance, basées sur deux paramètres physiques et quatre mécaniques ont été évaluées pour 49 espèces de bois cultivées au Kenya sur des petits spécimens. Les données sur des valeurs moyennes ont été saisies et elles ont servi à générer d'autres informations statistiques comme la résistance minimale, moyenne, maximale. Des rapports entre propriétés physiques et mécaniques retenues pour l'étude ont été également calculés par analyse de régression. Les espèces ont été ensuite classées dans quatre groupes de résistance basée sur une méthode développée en Australie mais modifiée pour l'adapter aux utilisations principales du bois au Kenya. Les résultats ont confirmé l'influence de l'humidité et de la densité spécifique sur des propriétés de résistance. On a observé une augmentation de densité spécifique et de propriétés mécaniques de résistance résultant du séchage, un fait qui plaide en faveur de l'utilisation du bois sec. Les résultats ont également confirmé que la densité et la rigidité étaient des paramètres utiles pour la prédiction des propriétés de résistance du bois. Cependant les valeurs modérées de R2 obtenues pour plusieurs rapports reflètent une nette variation entre les espèces, résultant de divers facteurs, d'où besoin est d'appliquer des marges de sécurité lors de l'application des modèles de régression générés. Les groupes de résistance mis sur pied ont révélé que la plupart des espèces au Kenya sont bien indiquées pour les travaux d'ingénierie lourde et la construction de bâtiments. Le système de groupements développés convient dans les lieux où les appareils d'étalonnage sont peu utilisés ou ne le sont pas du tout.

Mots-clés: propriétés de résistance, bois commercial, propriétés physiques et propriétés mécaniques sélectionnées
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1015-079X