Caractérisation et évaluation des vivriers dans un système d’exploitation agricole à base de coton dans le département de Sinématiali – Côte d’Ivoire

  • N Diarrassouba
  • S Silue
  • J Inza Fofana
  • N Gougba Dago
  • MT Ndri Kouame
  • E Kouablan Koffi
Keywords: Systèmes de culture, coton, vivriers, marge brute, Côte d’Ivoire.

Abstract

La présente étude visait à caractériser les systèmes d’exploitation agricoles à base de coton, puis d’évaluer l’importance des vivriers dans ces  systèmes. Elle a été conduite sur un échantillon de 40 exploitants agricoles répartis dans 8 villages de Sinématiali. Les résultats ont indiqué que les systèmes dominants sont le maïs (3,675 ha) et le coton (3,14 ha). Ensuite viennent, l’arachide (1,125 ha), le riz (0,906 ha) le haricot (0,306 ha), le mil (0,297 ha) et l’igname (0,194 ha). Par ailleurs, le compte  d’exploitation révèle que les vivriers ont les marges nettes à l’hectare les plus élevés avec respectivement 245 727,5 FCFA, pour le riz ; 58 004,7 FCFA pour le maïs ; 209 738,4 FCFA pour l’arachide et 239 472 FCFA pour le mil contre 5 085,1 FCFA pour le coton. L’analyse du ratio de la marge brute sur le coût variable totale montre que 1 FCFA investi sur les parcelles de vivriers rapporte respectivement 4,09 F ; 1,54 F ; 7,44 F et 12,09 FCFA pour le riz, le maïs, l’arachide et le mil contre 0,36 FCFA pour le coton. Aussi, cette étude indique que les vivriers contribuent à hauteur de 98%, au revenu annuel du paysan contre 2% pour le coton. Malgré cette faible contribution du coton dans les revenus du paysan, sa culture permet aux exploitants d’accéder aux intrants et aux matériels agricoles modernes pour accroître les superficies et les rendements agricoles.

Mots clés : Systèmes de culture, coton, vivriers, marge brute, Côte d’Ivoire.

Published
2015-01-15
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1997-342X
print ISSN: 1991-8631