PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

International Journal of Biological and Chemical Sciences

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Contrôle de qualité des rideaux imprégnés à la bifenthrine en vue de leur utilisation et vulgarisation au Bénin

Anges Yadouleton, Jean-Robert Klotoe, Ramziyath Agbanrin, Fabrice Ahissou, Geraldo Houndeton, Roland Tossou, Achaz Agolinou, Martin Akogbeto

Abstract


La lutte anti-vectorielle basée sur l’utilisation des rideaux imprégnés (RII) au cours des deux dernières décennies a permis de réduire le fardeau du paludisme dans bon nombre de pays africains. A l’heure actuelle où Anopheles gambiae, principal vecteur du paludisme en Afrique a développé une résistance vis-à-vis des insecticides recommandés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), est-il opportun d’introduire ces RIIs dans les pays endémiques du paludisme comme le Bénin? C’est pour répondre à cette question que le présent travail a été réalisé pour évaluer l’efficacité des RIIs qui seront destinés aux populations. Dans un premier temps, les RIIs ont été soumis au test en cône et en tunnel suivant le protocole de l’OMS où 24 heures après, les taux de mortalité de la souche sensible de An. gambiae kisumu et de la population sauvage en provenance de Ladji ont été comparés à la valeur standard de l’OMS. Dans un deuxième temps, nous avons évalué l’efficacité des RIIs en fonction des savons et des fréquences de lavage. Il ressort des travaux que les résultats des bioessais des tests en cône ont montré que la mortalité induite après un contact de 3min est de 48,85% avec la souche sensible Kisumu et 6,96% pour la population sauvage Ladji. Aussi, l’efficacité des rideaux a donné 65,5% de taux de mortalité avec la souche de Kisumu et 40% pour la population sauvage de terrain Ladji. Tous les savons utilisés (klin, fanico, palmida, kogui et koto) ont provoqué une baisse d’efficacité des RIIs à partir du 1er lavage. Des résultats obtenus de cette étude, il ressort que les rideaux imprégnés à la bifenthrine ont été peu efficaces comme moyen de lutte contre le paludisme. Dans un contexte de résistance des vecteurs du paludisme aux insecticides, l’introduction de rideaux imprégnés aux pyrethrinoïdes ne jouerait aucun rôle de barrière chimique pour limiter ou réduire la transmission du paludisme. Il serait souhaitable d’éviter la vulgarisation de tel outil dans la lutte contre le paludisme.

Mots clés : Rideaux imprégnés, Anopheles gambiae, efficacité, savon, Bénin.




AJOL African Journals Online