Aspects epidemiologiques, cliniques et therapeutiques des atteintes oculaires au cours des traumatismes cranio-faciaux au CHUD/BA

  • CRA Assavedo
  • C.O.A. Abouki
  • K.M. Amedome
  • J.F.H. Donoumassou
  • I. Sounouvou
Keywords: traumatisme oculaire, annexes, traumatisme crânio-facial.

Abstract

Introduction : Au cours des traumatismes crânio-faciaux, plusieurs organes dont le
globe oculaire et ses annexes sont souvent concernés à cause de leur position dans la
partie antérieure de l’extrémité céphalique. Objectif : Etudier les aspects
épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs des atteintes oculaires dans les
traumatismes crânio-faciaux au Centre Hospitalier Départemental du Borgou de
Parakou.
Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude transversale à visée descriptive et
analytique ; rétrospective sur 3 ans (1er Janvier 2011 au 31 Décembre 2013) et
prospective sur 6 mois (1er Janvier au 30 Juin 2014). Ont été inclus les dossiers complets
de tous les patients admis dans le service d’anesthésie, de réanimation et des urgences
pour traumatisme crânio-facial associé à des atteintes oculaires et ayant bénéficié d’une
consultation ophtalmologique. La classification internationale des traumatismes
oculaires BETT (Birmingham Eye Trauma Terminology System) avait été utilisée.
Résultats : La fréquence des atteintes oculaires dans les traumatismes crânio-faciaux
était de 8,6%. L’âge médian était de 27,95 ans, avec une prédominance masculine
(72,3%) et un pic entre 16 à 45ans. Les écoliers, élèves et étudiants étaient les plus
touchés (31,3%). Les accidents de la voie publique ont été la circonstance de survenue
la plus incriminée (60,8%). 10,8% des patients ont été vus dans les 6 premières heures.
L’oeil gauche était le plus atteint (49,3%). Les lésions d’annexes étaient fréquentes
(72,6%), avec 36,5% d’atteintes conjonctivales. Les traumatismes à globe fermé étaient
les plus rencontrés avec en tête les contusions oculaires (83,7%). La rupture du globe
(4,8%) était le principal traumatisme à globe ouvert (7,2%). Le traitement avait été
médical (60%). Cinq patients (3,01%) avaient subi une énucléation. Quatre yeux (6,1%)
étaient en état de cécité et trois patients (5%) ont gardé des séquelles anatomiques.
Conclusion : Afin de réduire la fréquence et la gravité des lésions de l’oeil et ses
annexes, il faut renforcer les actions de prévention à divers niveaux. Un meilleur
équipement, une bonne répartition du personnel qualifié pourrait améliorer la qualité de
la prise en charge.

Mots-clés : traumatisme oculaire, annexes, traumatisme crânio-facial.

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2413-354X
print ISSN: 1727-8651