A conservation assessment of Rousettus madagascariensis (G. Grandidier, 1928, Pteropodidae) roosts in eastern Madagascar

  • RA Andrianaivoarivelo
  • D Andriafidison
  • C Rahaingonirina
  • S Raharimbola
  • A Rakotoarivelo
  • OR Ramilijaona
  • PA Racey
  • RKB Jenkins

Abstract

We visited four cave roosts of the near threatened, and endemic, fruit bat Rousettus madagascariensis over a five year period and found major threats to the bats from hunting and deforestation. The conservation of this species is particularly challenging because it is legally hunted inside its cave roosts. Although provisional protected area status was obtained for two sites with community support, hunting continued. R. madagascariensis roosts were associated with humid forest and the loss of vegetation around caves rendered them unsuitable for the bats at two abandoned sites. A few individual hunters can have a rapid and destructive impact on R. madagascariensis roosts and future initiatives in this area should involve working with hunters to develop realistic solutions to reduce hunting. These efforts need to be supported by habitat protection measures.

RÉSUMÉ
L’espèce de chauve - souris frugivore Quasi Menacée Rousettus madagascariensis est endémique à Madagascar. Nous avons étudié quatre gîtes dans des grottes où cette espèce a établi des dortoirs diurnes en procédant à des visites multiples au cours d’une période de cinq ans et avons trouvé que la chasse et la déforestation constituaient les principales menaces pesant sur R. madagascariensis. La conservation de cette espèce est particulièrement difficile dans la mesure où la chasse dans ses dortoirs ou gîtes est permise. Bien que les deux sites abritant l’espèce bénéficient du statut de Nouvelle Aire Protégée avec le soutien de la communauté locale, la chasse ne cesse de s’intensifier. Les gîtes de R. madagascariensis sont associés à la forêt humide, de sorte que la disparition de la végétation arborée autour de deux de ces gîtes les a rendus impropres à héberger R. madagascariensis qui a fini par les abandonner. La disparition de la végétation arborée autour du gîte pourrait être à l’origine d’un changement de microclimat à l’intérieur de la grotte qui constitue le gîte diurne. Les activités de certains chasseurs peuvent aussi avoir un impact destructif rapide sur les gîtes de R. madagascariensis et des initiatives à mener conjointement avec les chasseurs sont nécessaires pour élaborer des mesures réalistes afin de réduire la chasse. De tels efforts doivent être étendus et appuyés par des mesures de protection de l’habitat car plusieurs autres gîtes pourraient exister dans les forêts du versant est de Madagascar et subir les mêmes pressions anthropiques. Des recherches récentes ont également montré que l’histoire naturelle de R. madagascariensis est étroitement liée à la forêt naturelle, de sorte que la perte de la biodiversité de la forêt naturelle malgache menace les plantes dont se nourrit cette espèce ainsi que l’équilibre de l’ensemble de l’écosystème dont elle dépend.

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1662-2510