Becoming an adult; the training of children in Ghana

  • AA Ampofo
  • J Boateng

Abstract

The paper explores socialisation practices of parents (and other significant
adults) of pre-teens to suggest some of the ways in which gender identities might be reproduced from one generation to the next and might contribute to the reproduction of gendered patterns of privilege and subordination. Specifically we explore three socialisation practices: rewards, punishments and consciously-modeled behaviours or instructions, looking also at whether parents distinguish between sons and daughters in their application. The study used data from interviews with adults living in two towns in the Eastern R egion of Ghana. Parents indicated that the most common training method used was the issuing of verbal instructions. Punishments were also an important form of training and included physical chastisement, particularly to instil compliance in young children and boys. Parents were generally inclined to believe that girls are more obedient and hence need less punishing. Although parents believed that giving rewards is effective in ensuring that children practiced or pursued certain household chores, gender related roles and adopted family life values, it
appeared not to be practised widely or consistently. Our results seem to
indicate that intergenerational transmission of (gendered) identities occurs
through gendered training that goes beyond the issuing of instructions.

Résumé
L’article explore les constantes de la socialisation genrée des préadolescents par des parents (et d’autres adultes) afin d’envisager les moyens propres à reproduire les identités sexospécifiques d'une génération à l’autre et aussi à reproduire des modèles de privilège et de subordination. Nous nous appesantirons, en particulier, sur trois pratiques de socialisation : la récompense, le châtiment aussi bien que les habitudes et les directives consciemment modelées, et ceci en déterminant si les parents distinguent entre fils et filles dans leur application de ces pratiques. Dans cette investigation, nous avons utilisé des données recueillies par des entrevues avec les adultes qui
habitent dans deux villes de la Région de l'Est du Ghana. D’après les parents, la méthode de formation communément utilisée consistait à donner des consignes verbales aux enfants. La punition représentait aussi un élément important de la formation et n’écartait point le châtiment corporel administré pour inculquer aux jeunes enfants, notamment aux garçons, l’impératif de soumission. En règle générale, les parents sont disposés à croire que les filles, par rapport aux garçons, sont plus obéissantes, et ainsi ont besoin de moins de correction. Si quelques parents croient que le fait d’offrir des récompenses aux enfants oblige ces derniers à faire certaines tâches ménagères, à remplir d’autres fonctions sexospécifiques ou à adopter des valeurs familiales, il paraît
que cette pratique n’est pas généralement ou constamment suivie. Nos résultats laissent penser que la transmission intergénérationnelle des identités (genrées) se réalise par le biais d’une formation sexospécifique qui dépasse le simple recours aux instructions.

Journal Identifiers


eISSN: 0855-4412
print ISSN: 0855-4412