Mode of gene action of inheritance for resistance to rice yellow mottle virus

  • C P Paul West African Rice Development Association (WARDA), International Institute of Tropical Agriculture, PMB 5320, Ibadan, Nigeria
  • N Q Ng West African Rice Development Association (WARDA), International Institute of Tropical Agriculture, PMB 5320, Ibadan, Nigeria
  • T A.O. Ladeinde 1Genetic Resources Unit, International Institute of Tropical Agriculture, PMB 5320, Ibadan, Nigeria and Department of Agriculture Biology, University of Ibadan, Ibadan, Nigeria

Abstract

Rice (Oryza glaberrima) yellow mottle virus (RYMV) causes significant economic damage to rainfed and lowland irrigated rice, Oryza sativa L. in West and East Africa. This study investigated the mode of gene action of resistance to RYMV using generation mean analysis. Crosses were made between a more susceptible line (Tog 7258) and three resistant pure lines to produce the F1, F2, backcrosses and F3 populations necessary to conduct the genetic studies. The seven populations were grown in a screen house at the International Institute of Tropical Agriculture (IITA), Ibadan, Nigeria in 1992 and 1993. Severity of mottle symptom on plants was classified on a 0 - 9 scale based on the intensity of the disease on leaves under artificial virus inoculation. In general, F1 disease scores were higher than the mid-parental value. Mather's scaling test was applied to the data generated from each cross and the results indicated that generation means depended on additive and dominance gene effects. An epistatic effect was suggested in the generation mean analysis using Hayman's method and the primary effect was assumed to be additive and dominance and their interactions as indicated in the scaling test. Estimates of gene numbers indicated that the two parents were different by 2 to 4 genes for resistance to RYMV. Narrow sense heritability was estimated to be 44-65% and, therefore, a breeder should be able to make progress by selecting in the F2 or F3 generation.

Key Words: Additive effect, dominance effect, epistasis, heritability, Oryza glaberrima

Résumé

Le virus de tâche jaune (RYMV) de riz (Oryza glaberrima) cause de dégâts économiques significatifs au riz (Oryza sativa L.) de terre faiblement irrigué, à Ouest et l'Est de l'Afrique. Cette étude a éxaminé le mode d'action de gène de résistance au RYMV en utilisant l'analyse moyenne de génération. Les croisements étaient faits entre plus d'une ligne susceptible (Tog 7258) et trois lignes pures résistantes pour produire les F1, F2, précroisemenet et F3, populations nécessaires pour conduires l'étude génétique. Les sept populations étaient plantées dans une maison cloisonnée à l'Institut international de l'agriculture Tropicale (IITA), en Ibandan au Nigeria en 1992 et 1993. La sévérité de symptôme de tâche sur les plantes était classifiée sur une échelle de 0-9 basée sur l'intensité de la maladie sur les feuilles sous inoculation artificielle de virus. En général, les marques de la maladie étaient élévées plus que la valeur intermédiaire parentale. Le teste mère d'adjustement étaient appliqué aux données générées à partir de chaque croisement et les rsultats indiquèrent que les moyens de génération dépendaient des effets additifs et dominants des gènes. Un effet épististatique était suggéré dans l'analyse moyenne de génération utilisant la méthode de Hayman et l'effet primaire était assumé être additif et dominant et leurs intéractions comme indiquées dans le teste d'adjustement. Les estimations de nombres de gènes indiquent que les deux parents étaient différents de 2 à 4 gènes pour la résistance au RYMV. Dans le sens étroit, l'héritabilité était estimée être 44-65% et ainsi donc un reproducteur devrait être capable de faire de progrès en sélectionnant dans les génération F2 ou F3.

Mots Clés: Effet additif, effet dominant, epistasis, héritabilité, Oryza glaberrima

(Af Crop Sci J 2003 Vol 11 No 3 pp143-150)
Published
2004-01-08
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2072-6589
print ISSN: 1021-9730