Inventaire et caractérisation des plantes médicinales utilisées en thérapeutique dans le département de la Sanaga Maritime: Ndom, Ngambe et Pouma

  • Emmanuel Nnanga Nga
  • Catherine Kidik Pouka
  • Philomène Céleste Ngo Boumsong
  • Siegfried Didier Dibong
  • Emmanuel Mpondo Mpondo
Keywords: plantes médicinales, ethnobotanique, ethnopharmacologie, métabolites secondaires, medicinal plants, ethnobotanic, ethnopharmacology, secondary metabolites

Abstract

Objectif: Dans le but de contribuer à la connaissance des plantes médicinales utilisées pour les traitements des symptômes qui affectent les populations rurales du département de la Sanaga maritime, une enquête ethnobotanique et ethnopharmacologique a été réalisée.

Méthodologie et Résultats: L’étude réalisée auprès de 94 ménages a permis de recenser 94 espèces végétales appartenant à 92 genres et 54 familles. Les familles les plus représentées ont été les Fabaceae, Euphorbiaceae, et les Asteraceae, avec respectivement 9 et 6 espèces. Dix genres ont été majoritaires à savoir : Aframomum, Alchornea, Allium, Carica, Citrus, Entandrophragma, Ocimum, Solanum, Urera et Vernonia dans les proportions de 14% pour Allium et Ocimum et 9% pour les autres genres. Les paramètres écologiques des espèces végétales ont permis d’identifier 12 types de biotopes avec 28,85% d’espèces cultivées et 21,15% d’espèces de forêts primaires. Seize types phytogéographiques recensé soit 24,04% de pantropicales, 20,19% d’Afro tropicales et 19,23% de Guinéo congolaises. Les espèces exploitées ont été en majorité les herbacées soit 37,50% suivis des arbres et arbustes avec respectivement 29,81% et 27,88%. Les sarcochores et les sclérochores ont été les types de diaspores majoritaires avec respectivement 43,27% et 13,46%. La décoction et la macération ont été les modes de préparation les plus utilisés par les tradipraticiens avec 27,46% et 23,94%. La voie orale était la plus utilisée pour l’administration des recettes de plantes médicinales. Quatre-vingt recettes ont été retenues pour le traitement des symptômes affectant les populations de ce département. Le facteur de consensus calculé a permis de confirmer les troubles dus aux protozoaires et les mycoses comme étant celles qui sévissent le plus dans la région avec des indices respectifs de 0,71 et 0,50. Les alcaloïdes, flavonoïdes, coumarines, phénols, tanins, saponosides et terpènes ont été révélés comme métabolites secondaires. Les feuilles représentaient l’organe le plus utilisé pour les recettes.

Conclusion et Application des résultats: Les plantes médicinales recensées, aux métabolites secondaires variés constituent un atout indéniable dans la fabrication des médicaments traditionnels améliorés.

Mots clés: plantes médicinales, ethnobotanique, ethnopharmacologie, métabolites secondaires

English Abstract

Objective: In order to contribute to the knowledge of medicinal plants used for diseases treatments and symptoms affecting rural populations of the Sanaga Maritime division, ethnobotanical and ethno pharmacological investigations have been carried.

Methodology and results: Only people aged between 29-70 years with a confirmed knowledge of medicinal plants and their usage in curing and willing to take part of the study have been interviewed. The study realized in 94 homes allowed making an inventory of 94 vegetable species belonging to 92 genera and 54 families. The most representative were Fabaceae, Euphorbiaceae and Asteraceae respectively 9 and 6 for the two others. Among those species, 10 genera have been the most representative namely: Aframomum, Alchornea, Allium, Carica, Citrus, Entandrophragma, Ocimum, Solanum, Urera and Vernonia in the following proportions 14% for Allium and Ocimum and 9% for others. Ecological parameters of plants species allowed the identification of 12 types of biotopes with 28.85% species harvested and 21.15% species of primary forests. Sixteen phytogeographical types have been listed to with 24.04% of “pantropicales”, 20.19% “Afro tropicales” and 19.23% “guineo congolaises”. Exploited species have been in majority herbaceous 37.50%, followed respectively by trees and shrubs with 29.81% and 27.88%. Sarcochores and Slerochores were the high majority of diaspores with the following proportions 43.27% and 13.46%. Decoction and maceration have been the preparation method most used by traditional practitioners with 27.46% and 23.94%. The oral route was the most used for the administration of medicinal plants recipes. 80 recipes have been retained for the treatment of diseases and symptoms affecting people of this division. The consensus factor permitted to confirm that troubles caused by protozoa and mycoses were raging in that division with 0.71 and 0.50 respectively. Have been identified as secondary metabolites: alkaloids, flavonoids, coumarins, phenols, tannins, saponins and terpenoids. Leaves represented the most used part for the preparation of recipes.

Conclusion and applications of results: The usage of medicinal plants by African people and others in the world for the multiple diseases pushed researchers to explore this way to find new molecules.

Keywords: medicinal plants, ethnobotanic, ethnopharmacology, secondary metabolites

Published
2017-03-30
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1997-5902