PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Africa Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Faillite de l’Etat et administration de l’espace public politique par les « jeunes patriotes » en Côte d’Ivoire

A Babo

Abstract


En Côte d’Ivoire, depuis le déclenchement de la guerre en 2002, des mouvements de jeunes regroupés dans ce qu’il est convenu d’appeler
« jeunes patriotes » sont apparus. Ils ont joué et continuent de jouer un rôle de premier plan dans l’espace public politique. Il apparait que leur irruption dans cet espace découle de plusieurs facteurs dont l’un des principaux est la conjugaison de la défaillance de l’Etat – gagné par une
crise structurelle et institutionnelle profonde – et de l’activisme audacieux de ces jeunes qui visent à la fois à répondre aux appels de la puissance publique, mais en même temps à constituer une alternative aux limites de l’Etat. Dans cette étude qui revisite les rapports Etatsociété, nous mettons en exergue l’intérêt de la relativisation théorique de l’approche habermasienne de l’espace public, mais aussi du concept de « mouvement sociaux » perçus comme généralement indépendants, sinon contestataires de l’Etat. L’étude montre que les « jeunes patriotes » non seulement évoluent comme des mouvements sociaux, mais en plus interviennent dans l’administration de l’espace public sous la forme, non pas de contestation ou de protestation, mais plutôt de soutien à l’Etat.

Abstract
Since the war started in 2002 in Côte d’Ivoire, youth movements which are federated in what is now known as ‘The Young Patriots’ have emerged, played and continue to play a leading role in the political public sphere. Their interference appears to be linked to many factors, the most important being a combination of the failure of the State – hit by a deep structural and institutional crisis – and a upfront style of activism by these  youth whose desire is to respond to the government’s calls but also to provide an alternative to State limitations. State/society relationship is revisited in this paper which emphasises the importance of theoretically putting the Habermasian approach to public space into perspective, but also the concept of ‘social movements’ which is generally perceived as independent or even contesting the State. The paper shows that ‘Young Patriots’ not only behave like social movements but they further intervene in the administration of public space not by contesting or protesting it, but by supporting the State.




http://dx.doi.org/10.4314/ad.v34i3-4.63526
AJOL African Journals Online