PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Afrique Science: Revue Internationale des Sciences et Technologie

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Analyse des images satellitales radar RSO-ERS et optique ETM+ de Landsat 7 comme outils de prospection minière : application aux localités de Tiébissou et de Tienko en Côte d’Ivoire (Afrique de l’Ouest)

BG Koffi, G Outtara, FK Kouame, J Deroin

Abstract


L’approche géologique par l’imagerie satellitale ETM+ de LANDSAT 7 et RSO d’ERS, à haute résolution, donne des résultats nouveaux qui  améliorent les cartes géologiques préexistantes. Ainsi, dans la localité de
Tiébissou (Centre de la Côte d’Ivoire), le contour du granite de Grogro intrusif est précisé comme celui du granite à biotite. Au sein de l’unité métavolcano-sédimentaire, des aires granitiques sont signalées. Quatre
principales familles de fractures sont détectées. Il s’agit, des zones de fractures de Molonou, de Komorossou et d’Ando Zumé de direction NO-SE (N130° à N150°) ; des fractures de Sakiaré, de Propronou et de Bofia de direction E-O (N080° à N100°) ; des fractures de Grogro, de Niamienkro, d’Akrétia et de Tiébissou de direction NS à NNE-SSO (N170° à N020°) et enfin des zones de fractures de Ngangro et de Suibonou de direction NE-SO (N040° à N060°). Certaines de ces zones de fractures ont pu être  identifiées sur le terrain. Ce sont par exemple, les zones de fractures de Propronou et de Bofia de direction E-O ; des zones de fractures de  Molonou d’orientation NE-SO. Trois directions majeures des filons de quartz apparaissent (N090° à N110°, N060° et N140°). Dans la localité de Tienko, située dans l’extrême Nord de la Côte d’Ivoire, aux confins de la Côte d’Ivoire et du Mali, la forme de la granodiorite de Kimbirila est précisée pour la première fois. Elle a un caractère intrusif car le massif a une forme ± arrondie en carte. Le tracé des zones de failles connues comme celles du Sassandra et du Banifing est précisé. La zone de failles de Konéla, cartographiée également pour la première fois, de direction NO-SE se surimpose à des anomalies géochimiques aurifères mises en évidence par une compagnie minière de la place. Ces exemples montrent que l’analyse des images satellitales est un outil¸ au même titre que par exemple, la géophysique de prospection minière. Les spatio-cartes géologiques obtenues peuvent permettre de mieux planifier les travaux miniers sur le terrain.

Mots-clés : images satellitales, Radar RSO-ERS, ETM+ - LANDSAT 7,  prospection minière, Tiébissou, Tienko, Côte d’Ivoire, Afrique de l’Ouest.




AJOL African Journals Online