Comparison of stroke knowledge before and after education in Ethiopia (The ask project)

  • Ruth Zewdu
  • Aardhra M Venkatachalam
  • Sonja Stutzman
  • Alex Kowalske
  • Jehoiada Mebratu
  • Abyssinia Moges
  • Samara Smith
  • Arimiyas Zemedkun
  • Mehari Gebreyohanns

Abstract

Background: In order to address the growing burden of stroke in Africa, it is essential to have teaching tools that are accessible to a wide variety of communities. Resources for stroke, recognition of symptoms, steps to assist a stroke victim, or any educational tools are scarce. In order to increase education about stroke, we introduced a stroke education intervention in Bahir Dar, Ethiopia in the Amharic language. The aim of the intervention was to see if stroke knowledge and recognition of stroke symptoms increased post-education.

Methods: An anonymous pre-test questionnaire was given to identify their baseline stroke knowledge, and then participants viewed the video about stroke. The Amharic BE-FAST acronym was introduced in the video to evaluate participants’ retention of stroke symptoms, while emphasizing the importance of rapid response. Participants were given a survey to post-test survey of their short-term memory recall, along with another satisfaction survey.

Results: Over 50% of participants remembered all five letters of the Amharic BE-FAST acronym, nearly 80% answered that they learned about stroke prevention, 90% were satisfied with the video, and 98% thought it should be available widely to the general public. The data presented showed that there was an improvement in stroke education retention with the use of the stroke education video.

Conclusions: The Amharic BE-FAST acronym demonstrated to be an effective tool in communicating the symptoms of stroke from English to Amharic. Stroke education was well received, which provided insight on how to design and implement new medical concepts in native languages.

 

French title:Connaissances sur les accidents vasulaires cerebraux avant et apres une education en Éthiopie (Projet ask)

 

Introduction: Afin de faire face au fardeau croissant des AVC en Afrique, il est essentiel de disposer d'outils pédagogiques accssibles à une grande variété de communautés. Les ressources pour l'AVC, la reconnaissance des symptômes, les étapes pour aider une victime d'AVC ou tout autre outil éducatif sont rares. Afin d'accroître l'éducation sur l'AVC, nous avons introduit une intervention d'éducation sur l'AVC à Bahir Dar, en Ethiopie, en langue amharique. Le but de l'intervention était de voir si la connaissance et la reconnaissance des symptômes de l'AVC augmentaient après l'éducation.

Méthodes: Un questionnaire pré-test anonyme a été donné pour identifier leurs connaissances de base sur l'AVC, puis les participants ont visionné la vidéo sur l'AVC. L'acronyme amharique BE-FAST a été introduit dans la vidéo pour évaluer la rétention des symptômes d'AVC par les participants, tout en soulignant l'importance d'une réponse rapide. Les participants ont reçu une enquête pour post-test de leur mémoire à court terme, ainsi qu'une autre enquête de satisfaction.

Résultats: Plus de 50% des participants se sont souvenus des cinq lettres de l'acronyme amharique BE-FAST, près de 80% ont répondu avoir appris la prévention des AVC, 90% étaient satisfaits de la vidéo et 98% pensaient qu'elle devrait être largement accessible au grand public. Les données présentées ont montré qu'il y avait une amélioration de la rétention de l'éducation sur l'AVC grâce à l'utilisation de la vidéo d'éducation sur l'AVC.

Conclusion: L'acronyme amharique BE-FAST s'est révélé être un outil efficace pour communiquer les symptômes de l'AVC de l'anglais à l'amharique. L'éducation sur l'AVC a été bien accueillie, ce qui a permis de comprendre comment concevoir et mettre en oeuvre de nouveaux concepts médicaux dans les langues maternelles.

Published
2021-07-29
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1015-8618
print ISSN: 1992-2647