PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Bulletin of Animal Health and Production in Africa

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

Clinical Observations on Three Nigerian Zebu Cattle Breeds Following Experimental Trypanosoma Congolense Infection

AO Talabi, EB Otesile, RA Joshua, LA Oladosu

Abstract


Three yearling cattle of each of three major Nigerian zebu breeds, viz: White Fulani (WF), Red Bororo (RB) and Sokoto Gudali (SG) were intravenously infected with 1.5 x 106 Trypanosoma congolense and monitored until the PCV declined to ≤ 15%, when they were treated with diminazene aceturate. Two cattle of each breed served as uninfected controls. Parasitaemia, which ranged between 1.0 x 103 and 5.0 x 105 trypanosomes/ml, was significantly (P<0.05) higher in SG and RB than in their WF counterpart. Signs of trypanosomosis became apparent before detection of parasitaemia, 7 to 10 days post infection (pi) firstly in SG, then RB and lastly in WF. The infected animals were dull, lagged behind the herd, had depressed appetite and pale mucous membranes. The live weight gains of infected cattle were significantly (P <0.05) lower than those of non- infected cattle. Live weight loss was least in WF (5.2%), intermediate in RB (6.5%) and highest in SG (10.3%) at 35 days pi. Of the three infected SG, two died at a mean of 28.0+14.1 days pi, while the third was treated 38days pi. Infected RB and WF were treated at a mean of 39.3+2.3 and 54.7+2.3 days pi, respectively. No infected RB or WF died before chemotherapy. It was concluded that of the three cattle breeds studied, the WF was the least susceptible to trypanosomosis, while SG was the most susceptible.

Trois bovins âgés d’un an, sélectionnés chacun dans les trois grandes races de zébus nigérians, à savoir Fulani blanc (FB), Bororo rouge (BR) et Sokoto Goudali (SG), ont été infectés par voie intraveineuse avec Trypanosoma congolense à raison de1,5 x 106 et surveillés jusqu’à ce que la valeur d’hématocrite ait diminué à ≤ 15%, et ils ont ensuite été traités avec l’acéturate de diminazène. Deux bovins de chaque race ont été utilisés comme témoins non infectés. La parasitémie, qui variait entre 1,0 x 103 et 5,0 x 105 trypanosomes / ml, était significativement (P <0,05) plus élevée chez les races SG et BR par rapport à la race FB. Les signes de trypanosomose sont devenus évidents avant la détection de la parasitémie, 7 à 10 jours post-infection (pi) d’abord chez les SG, puis chez les BR et enfin chez les FB. Les animaux infectés étaient faibles, trainaient derrière le troupeau, avaient peu d’appétit, et leurs muqueuses étaient pâles. Les gains de poids vifs des bovins infectés étaient significativement (P <0,05) inférieurs à ceux des bovins non-infectés. La perte de poids vif était moindre chez les FB (5,2%), intermédiaire chez les BR (6,5%) et plus élevée chez les SG (10,3%) à 35 jours pi. Des trois SG infectés, deux sont morts à une moyenne de 28.0+14.1 jours pi, tandis que le troisième a été traité 38 jours pi. Les BR et FB infectés ont été traités respectivement à une moyenne de 39,3+ 2,3 et de 54,7+2,3 jours pi. Aucun bovin BR ou FB n’est mort avant la chimiothérapie. Il a été conclu que des trois races bovines étudiées, la race FB était la moins sensible à la trypanosomose tandis que la race SG était la plus vulnérable à la maladie.

Mots-clés: Bovins zébus; Sensibilité; Trypanosoma congolense; Signes cliniques




AJOL African Journals Online