PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal Tunisien d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Carcinome epidermoïde du larynx chez la femme

S Touati, H Ghorbal, A Ben Younes, Z Attia, S Gritli

Abstract


Le cancer du larynx est assez rare chez la femme. Cependant, il risque d’être en recrudescence à cause de l’augmentation du tabagisme féminin. Peu de travaux se sont consacrés à rechercher les spécificités du cancer du larynx chez la femme.
But: Analyser le profil épidémiologique et clinique des femmes porteuses d’un carcinome épidermoïde du larynx et dégager les caractéristiques thérapeutiques, évolutives et les facteurs pronostiques chez cette population.
Méthodes: étude rétrospective portant sur 50 femmes prises en charge pour un carcinome épidermoïde du larynx sur une période de treize ans (1994-2006).
Résultats : L’âge moyen de nos patientes était de 63,5 ans. L’intoxication tabagique était retrouvée chez 32,6% des patientes. Chez 30% de nos patientes aucun facteur de risque n’a été retrouvé. Les signes cliniques étaient dominés par la dysphonie suivie de la dyspnée et la dysphagie. Les tumeurs prenaient naissanceau dépend de l’étage glottique dans 55,8% des cas. Nous avons relevé que 60,4% des tumeurs étaient vus à un stade évolué T3-T4 et que 95,3% des tumeurs étaient initialement classées N0. La chirurgie a été pratiquée chez 47,5% des patientes tandis que 16,2% ont reçu une radio-chimiothérapie. La survie globale cumulée était de 78,8% à 3 ans et de 73,5% à 5 ans.
Conclusion : L’absence des facteurs de risque classiques chez un grand nombre de nos patientes laisse supposer le rôle d’autres facteurs étiopathogéniques dans la genèse du cancer du larynx chez la femme. Toute dysphonie chez la femme doit être explorée même en l’absence de facteurs de risque. La prise en charge et le pronostic semblent superposables à celui de l’homme.

Mots clés : Tumeur – Larynx – Femme – Epidémiologie – Tabagisme


Laryngeal cancer is quite uncommun in women. However, it may be on the rise due to the increase in smoking among women. Few studies have been devoted to find the specifics of laryngeal cancer in women.
Purpose: to analyze the epidemiological and clinical profile of squamous cell carcinoma of the larynx in women, and to identify therapeutic characteristics and prognostic factors in this population.
Methods: retrospective study of 50 womens treated for squamous cell carcinoma of the larynx over a period of thirteen years (1994- 2006).
Results: The mean age of our patients was 63.5 years. The tobacco abuse was found in 32.6% of patients. In 30% of our patients no risk factors were found. Clinical signs were dominated by dysphonia followed by dyspnea and dysphagia. Primary tumor was localized in glottis in 55.8% of cases. We found that 60.4% of tumors were seen at an advanced stage T3-T4 and 95.3% of the tumors were initially classified N0. The surgery was performed in 47.5% of patients, while 16.2% received chemoradiotherapy. The cumulative overall survival was 78.8% at 3 years and 73.5% at 5 years.
Conclusion: The absence of conventional risk factors in a large number of our patients suggests the role of other etiologic factors in the genesis of laryngeal cancer in women. Every dysphonia in women should be explored even in the absence of risk factors. The  management and prognosis seem congruent with that of man.

Key words: Tumor-larynx-women-epidemiology-smoking




AJOL African Journals Online