PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal Tunisien d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Les goitres plongeants : particularites cliniques, radiologiques et therapeutiques

M Ben Amor, S Dhambri, I Hariga, W Abid, R Hannachi, O Ben Gamra, S Zribi, CH Mbarek, A El Khedim

Abstract


Introduction: Les goitres plongeants, devenus rares de nos jours, posent des problèmes diagnostiques et chirurgicaux particuliers. Leur prise en charge est facilitée par l’apport de la tomodensitometrie permettant de planifier l’attitude thérapeutique.Le but de ce travail est de préciser les modalités d’exploration et de prise en charge chirurgicale des goitres plongeants.
Matériels et méthodes : Nous rapportons une étude rétrospective portant sur42 cas de goitre plongeant colligés sur une période de 11 ans entre 2001 et 2011.
Résultats : L’âge moyen de nos patients était de 56,9 ans (36-86 ans). Le sex-ratio était de 0,13. La tuméfaction basi-cervicale était le motif de consultation le plus fréquent, rapportée dans 74 % des cas associée à des signes de compression oesotrachéale dans 45% des cas.Une paralysie récurrentielle unilatérale a été objectivée dans 3 cas.Une radiographie de thorax a montré un élargissement médiastinal dans 23% des cas avec déviation trachéale chez63 % des malades. Une TDM cervico-thoracique pratiquée dans 85% des cas a confirmé le diagnostic. Le traitement chirurgical était mené par voie cervicale exclusive chez tous les patients. Une paralysie récurentielle a été observée dans 3 cas. Aucune hypoparathyroïdie définitive n’a été rapportée avec un reculmoyen de 24mois.
Conclusion : Les goitres plongeants devenus rares du fait de la prise en charge plus précoce des nodules thyroïdiens. Ils posent actuellement moins de difficultés thérapeutiques. L’indication chirurgicale est toujours formelle devant le risque vital qu’ils posent.

Mots clés : goitre cervicothoracique, thyroïdectomie, paralysie récurrentielle, hypoparathyroïdie.


Introduction: Substernal goiters, becoming rare, present diagnositic and therapeutic problems.Their management is facilitated by the contribution of computed tomography for planning the therapeutic approach. The aim of this study is to specify the procedures for exploration and surgical management of substernal goiters.
Materials and Methods: We report a retrospective study of 42 cases of substernalgoiters collaged over a period of 11 years between 2001 and 2011.
Results: The mean age was 56,9 years (36- 86 years). The sex ratio was 0,13. Cervical swelling was the most common reason for consultation, reported in 74% of cases associated with signs of oesotrachealcompression in 45% of cases. Unilateral laryngeal palsy has been objectified in 3 cases. Chest-x-Ray showed widening of mediastinal shadowwith tracheal deviation in 63% of patients. A cervico-thoracic CT performed in 85% of cases confirmed the diagnosis of substernal goiters. The cervical approach has been used in all cases. Laryngeal nerve palsy was observed in 3 cases. No definitive hypoparathyroidism have been reported with a mean of 24 months.
Conclusion: Substernal goiters become rare due to the earlier diagnosis of thyroid nodules. They currently present fewer therapeutic difficulties, and must be managed surgically because of vital risk.

Key words: substernal goiter, thyroidectomy, laryngeal nerve palsy, hypoparathoidism.




AJOL African Journals Online