PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal Tunisien d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Fistules perilymphatiques post-traumatiques

K Khamassi, R Lahiani, N Jlassi, R Boulakbeche, CH Hassan, S Mannoubi, M Ben Salah, N Kaffel, M Ferjaoui

Abstract


Introduction : La fistule péri-lymphatique (FPL) post-traumatique réalise une communication anormale entre le compartiment liquidien périlymphatique et l’oreille moyenne. Son diagnostic est souvent difficile du fait du tableau clinique parfois incomplet. L’imagerie est indispensable afin d’étayer le diagnostic. Le traitement repose sur la chirurgie.
Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective à propos de 13 patients colligés sur une période de 13 ans (1996-2008). Un examen ORL complet, une audiométrie et une imagerie (tomodensitométrie des rochers) ont été réalisés dans tous les cas. Tous les patients ont bénéficié d’un traitement médical et ont été opérés sous anesthésie générale. Le contrôle ultérieur était clinique, audiométrique et radiologique avec un recul moyen de 22 mois.
Résultats : L’âge moyen était de 29 ans (20-47 ans) et le sex-ratio 3,33. Les signes fonctionnels étaient essentiellement représentés par l’hypoacousie dans 12 cas (92,3%), les vertiges dans 11 cas (84,6%) et les acouphènes dans 4 cas (30,8%). L’écoulement d’un liquide eau de roche par l’oreille a été rapporté par 2 patients (15,4%). L’examen clinique trouvait un nystagmus spontané battant du côté controlatéral au traumatisme chez un seul patient, et un signe de la fistule positif chez 2 patients (15,4%). A l’audiométrie, 9 patients (69,3%) avaient une surdité de perception ou mixte dont 6 cas de cophose. Une surdité de transmission a été objectivée dans 3 cas. Un patient avait une audition subnormale. La TDM des rochers a montré une fracture extra-labyrinthique dans 5 cas (38,5%) et une fracture trans-labyrinthique ou mixte dans 6 cas (46,2%). Un pneumolabyrinthe a été constaté chez 5 patients (38,5%). Une exploration chirurgicale a été indiquée chez tous les patients. En per-opératoire, une FPL a été mise en évidence dans tous les cas. Le siège de la fistule était au niveau du promontoire et/ou au niveau des fenêtres. Un colmatage de la fistule a été réalisé dans tous les cas. Les matériaux utilisés étaient essentiellement de l’aponévrose temporale superficielle, du périchondre tragal et de la graisse. En post-opératoire, les vertiges se sont améliorés chez 9 patients parmi les 11 vertigineux (81,8%). L’audition était améliorée chez 2 patients parmi les 9 ayant une surdité de perception ou mixte (18,2%).
Conclusion : La fistule périlymphatique post-traumatique est de diagnostic difficile. Celui-ci est étayé par un faisceau d’arguments cliniques et paracliniques et n’est confirmé qu’en per-opératoire. L’indication d’une exploration chirurgicale et son délai dépendent essentiellement de la symptomatologie clinique et de son évolution dans le temps.

Mots-clés : fistule périlymphatique, traumatisme, vertige, surdité, tomodensitométrie, chirurgie


Introduction: Post-traumatic perilymphatic fistula (PLF) realises an abnormal communication between the perilymphatic fluid compartment and the middle ear. Its diagnosis is often difficult because the clinical presentation is sometimes incomplete. Imaging is essential in order to support the diagnosis. Treatment is based on surgery.
Materials and Methods: We carry a retrospective study about 13 patients collected over a period of 13 years (1996-2008). A complete ENT examination, audiometry and imaging (petrous CT scan) were performed in all cases. All patients received medical treatment and were operated under general anaesthesia. Subsequent control was clinical, radiological and audiometric with a mean period of 22 months.
Results: Mean age was 29 years (20-47 years) and sex ratio 3.33. Symptoms were mainly hearing loss in 12 cases (92.3%), vertigo in 11 cases (84.6%) and tinnitus in 4 cases (30.8%). Flow of liquid from the ear was reported by 2 patients (15.4%). Clinical examination showed spontaneous nystagmus beating to the contralateral side of the trauma in one patient, and a positive sign of the fistula in 2 patients (15.4%). At audiometry, 9 patients (69.3%) had sensorineural or mixed deafness, of which 6 cases of cophosis. Transmission deafness was found in 3 cases. One patient had a subnormal hearing. Petrous CT scan showed extra-labyrinthic fracture in 5 cases (38.5%) and trans-labyrinthic or mixed fracture in 6 cases (46.2%). A pneumolabyrinth was found in 5 patients (38.5%). Surgical exploration was indicated in all patients. PLF was found in all cases. The localization of the fistula was at the promontory and / or at the windows. Blockage of the fistula was achieved in all cases. Materials used were essentially superficial temporal fascia, tragal perichondrium and fat. Postoperatively, vertigo improved in 9 patients among 11 (81.8%). Hearing was improved in 2 patients among the 9 having sensorineural or mixed deafness (18.2%).
Conclusion: Post-traumatic perilymphatic fistula trauma is difficult to diagnose. This is supported by a beam of clinical and paraclinical arguments, and is confirmed intraoperatively. The indication for surgical exploration and its delay depend mainly on clinical symptomatology and its evolution over time.

Keywords: perilymphatic fistula, trauma, vertigo, deafness, CT scan, surgery




AJOL African Journals Online