PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal Tunisien d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Prise en charge des paralysies faciales compliquant un traumatisme de l’os temporal

K Khamassi, A Smaili, I Kesraoui, R Lahiani, L Bougacha, N Kaffel, M Ben Salah, M Ferjaoui

Abstract


Introduction : Les paralysies faciales périphériques (PFP) compliquant les traumatismes de l’os temporal sont devenues de plus en plus fréquentes, du fait de développement de ’activité humaine. Le but de ce travail est de rapporter nos résultats en matière de prise en charge de ces PFP, et à travers une revue de la littérature, de préciser les caractéristiques cliniques, paracliniques et de proposer une conduite à tenir adéquate devant cette pathologie.
Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective à propos de 16 patients, pris en charge dans notre service sur une période de 12 ans (2001-2012). Tous les patients ont bénéficié d’un interrogatoire, d’un examen ORL complet. Une tomodensitométrie des rochers a été réalisée dans tous les cas. Les explorations du nerf facial ont été basées surtout sur l’EMG de détection. Le traitement a été médical ou médico-chirurgical. Le suivi a été clinique avec un recul moyen de 26 mois.
Résultats : Il s’agissait de 14 hommes et de 2 femmes. L’âge moyen était de 27 ans (6-73 ans). La PF était d’installation immédiate après le traumatisme chez 10 patients et tardive dans 6 cas. La TDM des rochers a montré une fracture extra-labyrinthique dans 7 cas (43,7%), trans-labyrinthique dans 5 cas (31,2%) et mixte dans 4 cas (25%). L’atteinte du canal facial a été notée chez 12 patients. L’EMG de détection a été pratiquée dans 4 cas. Tous nos patients ont bénéficié d’un traitement médical, consistant en une corticothérapie par voie générale, des vasodilatateurs et une rééducation motrice. Sept patients ont bénéficié d’une décompression du nerf facial. L’indication a été retenue devant l’installation d’une PF immédiate et complète. En per-opératoire, nous avons découvert un trait de fracture du canal facial dans 5 cas, mais la continuité du nerf était conservée dans tous les cas. Nous avons réalisé une décompression de la 2e portion, du coude et de la 3e portion. La décompression était étendue au ganglion géniculé dans 2 cas. Sur les 7 patients opérés, 4 ont été améliorés. Un des 3 patients non améliorés a gardé un grade V et a bénéficié d’une anastomose VII-XII. Pour les 9 patients non opérées, une amélioration a été notée dans 5 cas. Au total, le pourcentage d’amélioration de la PF était de 55,5% après traitement médical et de 71,4% après traitement médico-chirurgical.
Conclusion : Les paralysies faciales constituent une complication assez fréquente des traumatismes de l’os temporal. L’imagerie est indispensable pour le diagnostic topographique des lésions. La conduite à tenir thérapeutique dépend aussi bien de la sévérité et du délai de l’installation de la paralysie que des données électrophysiologiques et évolutives.

Mots-clés : paralysie faciale, traumatisme, fracture, os temporal, tomodensitométrie, corticoïdes, décompression.

Introduction : Peripheral facial palsy (PFP) complicating temporal bone traumas have become more frequent due to the development of human activity. The purpose of this study is to report our results in management of these PFP, and through a review of the literature, to clarify clinical, paraclinical characteristics and to propose an adequate management in front of this pathology.
Materials and methods : This is a retrospective about 16 patients, treated in our department over a period of 12 years (2001-2012). All patients underwent anamnesis and complete ENT examination. A petrous bone CT was performed in all cases. Explorations of the facial nerve were based primarily on detection EMG. Treatment was medical or medico-surgical. Follow-up was clinical with a mean period of 26 months.
Results : There were 14 men and 2 women. Average age was 27 years (6-73 years). FP was installed immediately after the trauma in 10 patients and late in 6 cases. Petrous bone CT showed extra- labyrinthine fracture in 7 cases ( 43.7%) , trans-labyrinthine in 5 cases (31.2%) and mixed in 4 cases (25%). Involvement of the facial canal was noted in 12 patients. Detection EMG was performed in 4 cases. All patients received medical treatment consisting of corticosteroids, vasodilators and motor rehabilitation. Seven patients underwent decompression of the facial nerve. Indication was retained in front of immediate and complete FP. Intraoperatively, we have discovered a fracture of the facial canal in 5 cases, but the continuity of the nerve was conserved in all cases. We performed a decompression of the 2nd portion, the elbow and the 3rd portion. Decompression was extended to the geniculate ganglion in 2 cases. Of the 7 patients who underwent surgery, 4 were improved. One of the 3 unimproved patients kept a grade V and underwent VII-XII anastomosis. For the 9 not operated patients, an improvement was noted in 5 cases. Overall, the percentage of improvement of FP was 55.5% after medical treatment and 71.4% after medico-surgical treatment.
Conclusion : Facial palsy is a fairly common complication of trauma to the temporal bone. Imaging is essential for topographic diagnosis of lesions. Therapeutic management depends on both the severity and the delay of the palsy onset and also on electrophysiological and evolutive data.

Keywords : facial palsy, trauma, fracture, temporal bone, computed tomography, corticosteroids , decompression.




AJOL African Journals Online