PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal Tunisien d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Evaluation et prise en charge de l’envahissement mandibulaire dans les carcinomes epidermoïdes de la cavite orale et de l’oropharynx

S Gritli, K Khamassi, R Boulekbèche, A Lachkhem, K Riahi, S Touati, Z Oueslati, H Boussen, A El May, A Saadi

Abstract


Objectif : Le but de notre étude est l’évaluation de l’atteinte mandibulaire dans les carcinomes épidermoïdes de la cavité orale et de l’oropharynx. Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective à propos de 34 patients colligés sur 6 ans (1999-2004) et ayant un carcinome épidermoïde de la cavité orale et/ou de l’oropharynx avec envahissement mandibulaire confirmé à l’anatomopathologie. L’atteinte mandibulaire a été évaluée par l’examen clinique,  l’orthopantomographie, la tomodensitométrie, et par les constatations peropératoires du chirurgien. Tous les patients ont eu un évidement ganglionnaire, une exérèse tumorale associée à une mandibulectomie segmentaire interruptrice ou conservatrice. Résultats : L’envahissement mandibulaire a été suspecté cliniquement chez 70,5% des patients devant l’adhérence de la tumeur à l’os. Après examen clinique et imagerie, cette atteinte a été diagnostiquée chez 88,2% des patients. Dans 11,8% des cas, l’atteinte n’a été suspectée qu’en peropératoire. L’examen histologique a confirmé l’atteinte osseuse chez tous les patients. La mandibulectomie segmentaire a été pratiquée chez 17 patients devant l’atteinte du canal mandibulaire. Vingt-huit patients ont eu une radiothérapie postopératoire à la dose moyenne de 64 Gy. Les taux de récidive, de métastase et de décès étaient respectivement de 11,7%, 17,6% et 17,6% pour les patients qui ont eu une mandibulectomie segmentaire, et de 23,5%, 17,6% et 23,5% pour ceux qui ont eu une mandibulectomie conservatrice. Par ailleurs, 76,5% et 29,5% des patients ayant eu respectivement une mandibulectomie segmentaire et une mandibulectomie conservatrice avaient une gêne fonctionnelle importante lors de l’alimentation. Conclusion : L’examen clinique, l’imagerie et l’examen peropératoire sont d’un apport capital dans l’évaluation de l’atteinte mandibulaire. Une atteinte épargnant le canal mandibulaire justifie une mandibulectomie conservatrice permettant d’avoir de meilleurs résultats esthétiques et fonctionnels tout en assurant un contrôle carcinologiquement satisfaisant.

Mots clés : envahissement mandibulaire, carcinome épidermoïde, cavité orale, oropharynx, mandibulectomie segmentaire, mandibulectomie conservatrice




AJOL African Journals Online