PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal Tunisien d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Carcinome basocellulaire métatypique : a propos de deux cas

H Dhouib, B Hammami, M Mnejja, L Bahloul, N Feki, I Charfeddine, A Ghorbel

Abstract


Introduction : : Le carcinome métatypique est une entité rare. Il touche essentiellement la région cervico-faciale chez un sujet de sexe masculin. Les auteurs étudieront, à travers deux observations, les caractéristiques cliniques et évolutives du cancer métatypique ainsi que les difficultés thérapeutiques. Observation 1 : Un homme âgé de 41 ans, a présenté un carcinome métatypique temporo-pariétal droit traité initialement par chirurgie. Cinq ans plus tard, il a été réopéré pour une récidive locale et ganglionnaire et a bénéficié ensuite d’une cobaltothérapie, stabilisant ainsi la maladie pendant 4 ans au bout desquels on a noté la survenue d’une deuxième récidive locale avec des métastases pulmonaires. Le malade est décédé, à 10 ans de recul, dans un tableau de pneumopathie diffuse avec septicémie sévère. Observation 2 : Un homme de 71 ans, a présenté un carcinome métatypique de la région rétro- auriculaire. Il a eu une exérèse tumorale avec des limites chirurgicales envahies. Il a présenté plusieurs récidives locales traitées par des exérèses larges jusqu’à une pétrectomie totale. Les limites chirurgicales étaient toujours tumorales. Une radiothérapie postopératoire a été réalisée pour chaque récidive. A 7 ans de recul, il a présenté une récidive locale envahissant l’angle
ponto-cérébelleux et le cerveau, jugée en dehors de toutes ressources thérapeutiques. Discussion : Le carcinome métatypique est caractérisé par son agressivité et sa tendance à la récidive. Son traitement
est essentiellement chirurgical. Une large marge de sécurité lors de l’exérèse est indispensable. La radiothérapie est un traitement adjuvant, devenu incontournable vu le haut risque de récidive. Le rôle de la chimiothérapie n’est pas encore prouvé.

 




AJOL African Journals Online