PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Séroprévalence de la cysticercose et facteurs de risque associés chez un groupe de patients vus au Centre Hospitalier Régional de Référence d’Antsirabe, Madagascar

Norosoa Julie Zafindraibe, Jeannine Ralalarinivo, Andriamiarimbola Irène Rakotoniaina, Muriel Nirina Maeder, Mala Rakoto Andrianarivelo, Bénedicte Contamin, Alain Michault, Andry Rasamindrakotroka

Abstract


Introduction: A Madagascar, la cysticercose, maladie causée par la forme larvaire de Taenia solium, demeure un problème de santé publique. En 2003, la séroprévalence de la cysticercose variait entre 7% et 21% avec un taux plus élevé dans les régions centrales de l’île. Toutefois, depuis une dizaine d’année, les données épidémiologiques concernant la cysticercose humaine restent limitées. Notre étude a pour objectif de déterminer, chez les patients issus de la région de Vakinankaratra et qui sont suspects cliniquement, la séroprévalence de la cysticercose par Western blot ainsi que les facteurs de risque associés. Méthodes: Il s’agit d’une étude descriptive transversale menée sur une période de 6 mois au sein du Centre Hospitalier Régional de Référence d’Antsirabe. Tous les patients inclus dans l’étude ont répondu à un questionnaire clinique recueillant leurs caractéristiques sociodémographiques et culturelles ainsi que leurs habitudes alimentaires et leurs symptômes cliniques. Résultats: La séroprévalence de la cysticercose retrouvée dans la population d’étude était de 14,8% (35/237). Ce taux ne diffère pas significativement selon le sexe, l’âge, la consommation de viande de porc ou le mode de préparation de la viande (p > 0,05). Par contre, une différence significative (p < 0,05) a été observée chez les sujets présentant des nodules sous-cutanés ou un résultat de cysticercose antérieur positif. Conclusion: L’index élevé d’exposition à Taenia solium retrouvé dans notre étude justifie le renforcement des mesures de contrôle et de prévention déjà implantés dans le pays.




AJOL African Journals Online