PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



La fibrose rétropéritonéale: à propos de 12 cas

Aziz El Majdoub, Abdelhak Khallouk, Moulay Hassan Farih

Abstract


La fibrose rétropéritonéale (FRP) est une maladie rare. Elle se caractérise par la transformation progressive du tissu adipeux rétopéritonéal en une masse fibreuse qui enserre l'aorte, la veine cave inférieure et les voies urinaires responsable d'une altération progressive de la fonction rénale. Le mode habituel de présentation de cette maladie comporte l'association de douleurs lombaires, d'une insuffisance rénale, et d'un syndrome inflammatoire biologique. Nous rapportons 12 cas de fibrose rétropéritonéale dont nous précisons les particularités cliniques, radiologiques et thérapeutiques. Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur douze cas de fibrose rétropéritonéale colligés au service d'urologie au CHU Hassan II de Fès durant une période de 9 ans (2005-2013). Il s'agissait de dix hommes et deux femmes. La symptomatologie clinique était très variable, dominée par la douleur lombaire qui était présente chez tous les malades et une hydrocèle chez un patient. Les explorations biologiques avaient montré une insuffisance rénale chez tous les malades et un syndrome inflammatoire chez dix patients. Le diagnostic de la maladie était suspecté dans tous les cas sur les données de l'échographie qui a montré une obstruction de la voie excrétrice supérieure sans obstacle visible chez tous les malades, et confirmé par la TDM abdominale sans injection du produit de contraste qui objectivait une lésion tissulaire rétropéritonéale engainant les vaisseaux et les voies urinaires. Dans notre série, la fibrose rétropéritonéale était idiopathique dans neuf cas. Elle était péri anévrysmale chez deux malades, et post radiothérapie chez un malade. Tous nos patients avaient bénéficié d'un drainage urinaire par sonde urétérale double J. Sept malades avaient reçu une corticothérapie. Une amélioration clinique et biologique, avec disparition de la douleur et amélioration de l'état général, a été observée chez 6 patients. A travers cette étude nous avons confirmé la rareté de la fibrose rétropéritonéale, la difficulté de son diagnostic, la fréquence de la douleur, du syndrome inflammatoire et de l'insuffisance rénale. La TDM abdominale sans injection du produit de contraste confirme le diagnostic. Le drainage urinaire est indispensable dans la plupart des cas et le suivi régulier des malades est nécessaire.

Mots clés: Fibrose rétropéritonéale, insuffisance rénale, TDM abdominale, sondes urétérales en double j, corticothérapie

English Title: Retroperitoneal fibrosis: about 12 cases

English Abstract

Retroperitoneal fibrosis (RPF) is rare. It is characterized by the gradual transformation of retroperitoneal adipose tissue into a fibrous mass surrounding the aorta, the inferior vena cava and the urinary tract responsible for progressive alteration in the renal function. It usually manifests as lumbar pain associated with renal failure and biologic inflammatory syndrome. We report 12 cases of retroperitoneal fibrosis in order to determine its clinical, radiological and therapeutic features. We conducted a retrospective study of 12 patients with retroperitoneal fibrosis whose medical data were collected in the Departement of Urology at the University Hospital Hassan II, Fes over a period of 9 years (2005-2013). The study involved ten men and two women. Clinical symptomatology was very variable, dominated by lumbar pain in all patients and hydrocele in 1 patient. Laboratory tests showed renal failure in all patients and inflammatory syndrome in 10 patients. The diagnosis of retroperitoneal fibrosis was suspected in all patients on ultrasound showing obstruction of the upper urinary tract without visible obstacle. The diagnosis was confirmed by abdominal CT scan without contrast that objectified a retroperitoneal tissue lesion enveloping the vessels and the urinary tract. Nine patients had idiopathic retroperitoneal fibrosis. Two patients had perianeurysmal fibrosis and one patient had post-radiation fibrosis. All patients underwent urinary drainage by double J. ureteral catheter. Seven patients underwent corticosteroid therapy. Six patients had an improvement of clinical and laboratory test outcome with disappearance of pain and improvement of the general condition. This study confirms the rarity of retroperitoneal fibrosis, the difficulty of diagnosis, pain associated with inflammatory syndrome and renal failure as common manifestations. Abdominal CT scan without contrast is the gold standard for definitive diagnosis. Urinary drainage is essential in most cases as well as regular monitoring of patients.

Keywords: Retroperitoneal fibrosis, renal failure, abdominal computed tomography scan, double-J ureteral catheter, corticosteroid therapy




AJOL African Journals Online