PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Séroprévalence et facteurs associés à l’acceptation du Conseil et Dépistage Volontaire du VIH chez l’enfant à Lubumbashi, République Démocratique du Congo

Dieudonné Tshikwej Ngwej, Olivier Mukuku, Françoise Kaj Malonga, Oscar Numbi Luboya, Jean-Baptiste Sakatolo Kakoma, Stanis Okitotsho Wembonyama

Abstract


Introduction: Malgré le dépistage du VIH proposé lors de la naissance ou au cours des consultations préscolaires, la proportion des enfants qui croissent ou décèdent sous statut sérologique au VIH inconnu est importante en République Démocratique du Congo (RDC). L’objectif de cette étude était de déterminer la séroprévalence au cours d’un dépistage volontaire et d’identifier les facteurs associés à l’acceptation du conseil et dépistage du VIH (CDV) en dehors de la maladie ou de toute exposition au VIH dans une population pédiatrique à Lubumbashi, RDC. Méthodes: Il s’agissait d’une étude prospective transversale à visée analytique menée du 1er août 2006 au 31 septembre 2007. Elle avait été réalisée dans 4 centres communautaires de CDV répartis dans 4 zones de santé de la ville de Lubumbashi en RDC (Lubumbashi, Ruashi, Kampemba et de Kenya). L’étude avait consisté à faire le dépistage volontaire du VIH chez les enfants de moins de 15 ans. Les caractéristiques sociodémographiques et les paramètres relatifs au conseil et dépistage volontaire ont été étudiés. Les analyses statistiques descriptives usuelles et une régression logistique ont été réalisées. Résultats: Sur 463 enfants dépistés du VIH, 41 (8,9%; IC 95%: 6,5%-11,9%) ont été testés positifs. L’acceptation du conseil et dépistage volontaire du VIH en dehors de la maladie ou de l’exposition au VIH était significativement plus élevée lorsque l’enfant était âgé de plus de 2 ans (Odds ratio ajusté (ORa) = 3,6 [IC 95%: 1,1-12,2]), lorsque le statut sérologique du VIH des parents était négatif ou inconnu (ORa = 27,4 [IC 95%: 9,4-80,0]), lorsque l’un ou l’autre ou les deux parents biologiques étaient en vie (ORa = 24,9 [IC 95%: 2,4-250,8]) et lorsque la connaissance du lieu de dépistage était fait par des moyens autres que le professionnel de santé (ORa = 2,9 [IC 95%: 1,0-7,9]). Conclusion: Notre étude montre une forte prévalence du VIH chez les enfants justifiant la nécessité de réaliser le CDV qui est significativement accepté par leurs parents et tuteurs dans la ville de Lubumbashi.




http://dx.doi.org/10.11604/pamj.2017.28.82.9566
AJOL African Journals Online