PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Pan African Medical Journal

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Séroprévalence et facteurs associés à la toxoplasmose chez la femme enceinte en milieu rural au Bénin

Yolande Sissinto Savi de Tové, Aurore Ogouyemi Hounto, Mahublo Vinadou Vodouhe, Arielle d’Oliveira, Dixou Affolabi, Damien Georgia Barikissou, Boris Houessou, Augustin Koupkoliyi, Goudjo Winor, Sévérin Anagonou, Achille Massougbodji, Dorothée Kinde-Gazard

Abstract


Introduction: Le dépistage sérologique de la toxoplasmose chez la femme enceinte n'est pas systématique en milieu rural au Bénin où l'hygiène de vie, souvent précaire des population, constitue un facteur favorable à la survenue de la maladie. Le but de notre étude était de déterminer le profil sérologique pergravidique de la toxoplasmose et les facteurs de risque associés dans la commune de Kpomassè en milieu rural au Bénin. Méthodes: Une enquête transversale a été menée de Janvier à Septembre 2016 dans une population de gestantes de deux centres de santé les plus fréquentés de la commune de Kpomassè au sud du Bénin. Les sérologies toxoplasmiques ont été réalisées à partir du sérum des gestantes par la technique immunologique microparticulaire par chimiluminescence (CIMA). Un questionnaire sur les facteurs de risque et la connaissance de l'affection a été administré aux participantes. Résultats: L'étude a porté sur 399 gestantes âgées de 15 à 47ans (âge moyen de 26,56±10,02 ans). La quasi-totalité des enquêtées (99,05%) ne connaissait pas les modes de transmission de la toxoplasmose. Des anticorps IgG anti Toxoplasma gondii ont été retrouvés chez 144 patientes soit une séroprévalence de 36,1%. Deux cas de séroconversion pergravidique ont été diagnostiqués et traités par de la spiramycine avec une évolution favorable pour les deux enfants au cours de la première année de suivi. La consommation de crudités a été le facteur de risque identifié dans notre population d'étude. Dans la commune rurale de Kpomassé, la majorité des gestantes (64,9%) n'est pas immunisée contre le toxoplasme. Conclusion: Une sensibilisation sur les risques de contamination, une surveillance sérologique systématique et des mesures d'hygiène devraient être proposées lors des consultations prénatales afin de prévenir les séroconversions toxoplasmiques pergravidiques et protéger l'enfant.




AJOL African Journals Online