Intoxication aiguë sévère par les pesticides organophosphorés: à propos de 28 cas

  • A Derkaoui
  • A Elbouazzaoui
  • N Elhouari
  • S Achour
  • S Labib
  • H Sbai
  • M Harrandou
  • M Khatouf
  • N Kanjaa
Keywords: Intoxication, pesticides organophosphorés

Abstract

Les pesticides organophosphorés (POP) sont des pesticides organiques de synthèse, largement utilisés en agriculture essentiellement comme insecticide, nemacide ou acaricide. Ce sont les produits agricoles, les plus incriminés dans les intoxications dans notre contexte. L’objectif de ce travail était de déterminer les caractéristiques cliniques, paracliniques, et évolutives de cette intoxication en milieu de réanimation. Étude rétrospective portant sur les cas admis en réanimation (2003-2010). Les critères d’inclusion étaient d’ordre clinique, para clinique, thérapeutique et évolutif. 28 cas ont été recensés: 19 femmes et 9 hommes, âge moyen=24,5±11 ans. La tentative de suicide était le principal motif d’intoxication (19cas). Le Glasgow coma score était en moyenne de 11±4. Le syndrome central, était présent chez 78 % de nos patients, suivi du syndrome muscarinique 71% et le syndrome nicotinique dans 53% des cas. La prise en charge thérapeutique a consisté à la ventilation mécanique dans 50% des cas, l’usage des drogues vasoactives dans 14% des cas et l’administration d’un traitement antidotique dans 64 % des cas. La mortalité globale était de 25%. Les pesticides organophosphorés sont les toxiques agricoles, le plus souvent incriminés dans notre contexte. Les symptômes résultent d’une importante accumulation d’Acétylcholine (Ach) dans l’organisme; responsable de l’apparition des trois syndromes caractéristiques. Le diagnostic biologique se fait par le dosage de l’activité cholinestérasique dans le plasma. Le traitement associe des mesures symptomatiques qui reposent essentiellement sur la réanimation respiratoire et neurologique au traitement antidotique. L’évolution clinique dans ce type d’intoxication, est généralement favorable sous traitement avec régression des signes en quelques jours. Le décès est essentiellement, le fait d’une insuffisance respiratoire de mécanismes multiples: encombrement bronchique réalisant une véritable “noyade interne”, bronchoconstriction, paralysie des muscles respiratoires, oedème pulmonaire d’évolution gravissime.

Key words: Intoxication, pesticides organophosphorés

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1937-8688