Defaillances mecaniques des Osteosyntheses par clous, plaques et lames-plaques a l’hopital Laquintinie de Douala

Mechanical failures of nail, plate, and blade plate osteosynthesis at Laquintinie hospital of Douala

  • A. D. Batchom
  • T. C. Nana
  • S. Arabo
  • D. H. Eoné
Keywords: Défaillances mécaniques, ostéosynthèse, Douala

Abstract

Introduction: L'ostéosynthèse a connu une évolution remarquable. Malgré son apport dans le traitement des fractures, les défaillances mécaniques peuvent compromettre le processus de consolidation osseuse. Notre étude visait à déterminer les types et les étiologies de ces défaillances à l'hôpital Laquintinie de Douala au Cameroun.
Matériel et méthodes: Une étude rétrospective des patients âgés de plus de 15 ans ayant subi une ostéosynthèse par plaque, lame plaque et clou des membres de janvier 2015 à décembre 2020 ayant présenté une défaillance mécanique a été réalisée. Les patients présentant une infection concomitante ont été exclus.
Résultats: Sur les 991 ostéosynthèses réalisées, on y dénombrait 27 défaillances mécaniques. L'âge moyen était de 38 ans et il y avait une prédominance masculine (n=21, 77,8%). Les fractures étaient secondaires à un traumatisme dans tous les cas. Les fractures de la diaphyse fémorale étaient les plus fréquentes (n=22, 81,5 %) et la plupart des fractures étaient instables (n=23, 85,2 %). Nous avons obtenu 37 % de fractures à coin, 33,3% des fractures à trait simples et 14,8% des fractures comminutives. Le clou de Kuntscher était l'implant le plus défaillant (n=17, 63,0%). Le type de défaillance le plus fréquemment observée était la migration du clou de Kuntscher (n=11, 40,7 %), suivie de la fracture de l'implant (n=9, 33,3 %). La cause la plus fréquente d'échec était un implant inadapté à la fracture (n=18, 66,7%).
Conclusion: Les défaillances mécaniques après ostéosynthèse semblent être d'origine multifactorielle. Leur prévention nécessite une bonne planification préopératoire et une technique chirurgicale rigoureuse.

Mots-clés: Défaillances mécaniques, ostéosynthèse, Douala

Introduction: Osteosynthesis with metallic implants has undergone a remarkable evolution since its introduction. Despite its role in the treatment of fractures, mechanical failures are known to compromise the bone healing process. Our study aimed to determine the types and etiologies of these failures at Laquintinie Hospital of Douala, Cameroon
Materials and methods: A retrospective study of patients over 15 years of age who had undergone osteosynthesis with plates, blade-plates, and nails of the limbs from January 2015 to December 2020 presenting with a mechanical failure was carried out. Patients with concomitant infection were excluded.
Results: Of the 991 osteosyntheses performed, 27 had mechanical failures. The mean age was 38 years and there was a male predominance (n=21, 77.8%). The fractures were secondary to trauma in all cases. Femoral shaft fractures were the most common (n=22, 81.5%) and most fractures were unstable (n=23, 85.2%). 37.% were wedge, 33.3% simple, and 14.8% comminuted fractures. Nails of Kuntscher had the greatest number of failures (n=17, 63.0%). The most frequently observed types of failures were nail of Kuntscher migration (n=11, 40.7%) followed by implant fracture (n=9, 33.3%). The most common cause of failure was an implant that was unsuitable for the fracture (n=18, 66.7%).
Conclusion: Mechanical failures following osteosynthesis seem to be of multifactorial origin. Prevention requires good preoperative planning and a rigorous surgical technique.

Keywords: Mechanical failures, osteosynthesis, Douala

Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2410-8936
print ISSN: 2226-2903