PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Agronomie Africaine

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Criblage d\'inducteurs de réactions de défense chez le blé (Triticum aestivum) contre l\'oïdium (Blumeria graminis f.sp. tritici)

J Muchembled, M Sancholle, A Lounes-Hadj Sahraoui

Abstract




Cette étude a consisté à rechercher des substances biologiques capables d\'induire les défenses naturelles du blé (Triticum aestivum) contre l\'oïdium (Blumeria graminis f.sp. tritici (Bgt)). Des fractions non purifiées dérivées de la plante et/ou des agents pathogènes du blé (broyats foliaires de blé ou de spores de Bgt, hydrolysat du mycélium de Septoria nodorum (Sn)) ainsi que des produits purifiés (tréhalose et salicylate d\'heptanoyle (SH)) ont été testés lors d\'un traitement préventif. L\'intensité des protections obtenues a varié en fonction de la nature et de la concentration du produit utilisé. La protection obtenue lors de la pulvérisation du broyat foliaire de blé non infecté a été inférieure (33 %) à celle enregistrée après pulvérisation d\'un broyat foliaire de blé infecté par Bgt (46 %). La protection obtenue, suite à la pulvérisation de la plante avec une
suspension de spores de Bgt inactivées, a été de 44 %. La diminution d\'infection enregistrée après pulvérisation d\'un hydrolysat de mycélium d\'un autre agent pathogène foliaire du blé (Sn) a été de 33 %. Alors que des pulvérisations préventives de tréhalose à des concentrations de 10 et 15 g/l sur des plants de blé entraînent des diminutions de l\'infection de 50 à 60 %, des concentrations de 1 et 5 g/l ne permettent d\'enregistrer aucune protection. La pulvérisation préventive de deux autres diholosides, le maltose et le
cellobiose à 15 g/l ne permet pas de déceler une protection. Le traitement préventif du blé par le SH a permis d\'obtenir une protection très forte (80 %) pour de faibles concentrations en produit (0,1 g/l). L\'application de chacun des deux constituants de la molécule pris séparément induit une protection 2 fois plus faible que celle du SH avec l\'acide salicylique (AS) et aucune protection avec l\'acide heptanoïque (AH).
Wheat powdery mildew, caused by Blumeria graminis f. sp. tritici (Bgt), is one of the most damaging diseases
of wheat (Triticum aestivum) especially in Northern France. The study was aiming at screening biological molecules of fungal or plant origin that could enhance resistance to powdery mildew in wheat as an alternative to chemical fungicides. The protection confered by several non purified fractions originating from leaves of wheat (contaminated or not with Bgt) or from the pathogen agents (Bgt and Septoria nodorum (Sn)) were assessed. Protection obtained after treatment with no infected wheat leaves was less important (33 %) than with infected leaves (46 %). The protection recorded after application of inactivated Bgt spores or Sn were about 44 and 33 % respectively. Two other purified molecules, trehalose and heptanoyl salicylic acid (HS), were selected because of their nontoxicity to the environment. Treatment of wheat leaves with the different substances, prior to fungal inoculation, resulted in different levels of protection against Bgt depending on the
nature and the concentrations used. The treatment with HS at low concentration (0,1 g/l) allowed a high protection reaching 80 %. Whereas trehalose at 10 and 15 g/l reduced the infection by 50 and 60 % respectively, no protection was observed at 1 and 5 g/l.
Keywords: Blé, Blumeria graminis f.sp. tritici, oïdium, inducteurs de défense naturelle, résistance acquise.

Agronomie Africaine Vol. 20 (2) 2008: pp. 191-199



http://dx.doi.org/10.4314/aga.v20i2.1746
AJOL African Journals Online