PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Agronomie Africaine

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Traits fonctionnels de Brachiaria (Trin.) Brizantha (Hochst.) Stapf, B. decumbens Stapf et B. ruziziensis (Germ. & Evrard) ndab cultives en association avec Pennisetum glaucum (L.) Leeke R. Br. en climat tropical sec.

D. Diakhate, J. L. Chopart, R. Ralisch

Abstract


L’étude visait à connaître les performances de trois espèces de Brachiaria au Sénégal, en association avec le mil (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.), pour protéger le sol. On a comparé, pendant deux ans, trois traitements associant mil et Brachiaria brizantha, B. ruziziensis et B. decumbens avec un témoin mil seul. Les mesures ont porté sur les biomasses aériennes du mil et des Brachiaria et sur les racines des Brachiaria. En 2015, B. ruziziensis a eu la meilleure production (environ 4 tha-1) et B. brizantha la plus faible. Le Brachiaria n’a pas eu d’effet sur le rendement du mil. Pendant la saison sèche 2015-2016, le taux de survie a été nul pour B. ruziziensis et faible pour B. brizantha et B. decumbens. En 2016, les biomasses aériennes des Brachiaria ont été plus élevées. B. brizantha et B. decumbens ont provoqué une baisse de rendement du mil, de 38 et 21 % respectivement. Le profil racinaire de B. ruziziensis est resté proche de celui de 2015, tandis que ceux des autres espèces ont été nettement supérieurs. B. ruziziensis, incapable de survivre à la saison sèche, n’est pas adapté à un usage local comme plante de service. B. decumbens et surtout B. brizantha ont été plus performants, mais concurrencent le mil.

Mots-clés : Brachiaira, Sénégal, plante de couverture, association culturale, système racinaire.




AJOL African Journals Online