PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Agronomie Africaine

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Effort de pêche et production poscicole au lac d'ayame i (Bassin de la bia; Côte d'Ivoire) apres le depart des p&3234cheurs <>

L Tah, KS Da Costa, JN Kouassi, J Moreau

Abstract


A monthly monitoring of indigenous fishing in three main landing sites of the man-made Lake Ayamé I, from August 2004 to July 2005, allowed to evaluate at 236.9 t the landed catches of these stations. The global
production of the lake, estimated to 381.8 t was below the 1060 t reported in 1996 before the closing of this reservoir to fishing activities. The catches were dominated by the Cichlid Sarotherodon melanotheron melanotheron which constituted yet 57 % of fish production. Nevertheless, these catches were characterised by the reappearance of tilapia, Oreochromis niloticus, reported as scarce from 1991 to 1996 in the landing, and the abundance of larger size specimens of the main exploited fishes. The fishing effort evaluated actually to 1 fisherman per kilometre-square, was lower than the one observed before the expulsion of the bozo fishermen, around 3 fishermen per kilometre-square. The population of fishermen mainly composed of natives, was dominated by the young men, who were less than 30 years old and who represent around 51 % of the population.

 

Le suivi mensuel des pêches entre août 2004 et juillet 2005 dans les trois principaux débarcadères du lac d'Ayamé I a permis d'évaluer la production piscicole à 236,9 t de poisson dans ces stations. Cette production
a été estimée à 381,8 t, à l'échelle du lac ; ce qui demeure nettement inférieure aux 1060 t produites en 1996 avant la fermeture du lac aux activités de pêche. Les captures restent dominées par le Cichlidé Sarotherodon melanotheron melanotheron, avec une contribution de 57 %. Toutefois, cette production exploitée se caractérise, d'une part, par la résurgence du tilapia Oreochromis niloticus, une espèce considérée comme
rare dans les débarquements entre 1991 et 1996, et d'autre part, par l'abondance d'individus de grande taille pour les principales espèces pêchées. L'effort de pêche, estimé à 1 pêcheur au kilomètre carré, est
nettement inférieur à celui observé avant le départ des "Bozos", soit une moyenne de 3 pêcheurs au kilomètre carré. La population actuelle de pêcheurs, essentiellement composée de nationaux, est dominée par les
jeunes de moins de 30 ans, qui constituent 51 % de l'ensemble des exploitants du plan d'eau.




http://dx.doi.org/10.4314/aga.v21i1.46216
AJOL African Journals Online