Traumatic Rupture of the Posterior Urethra. Analysis of 87 Cases at the Conakry University Hospital

  • A B Diallo
  • M Barry
  • I Bah
  • A T Diallo
  • O R Bah
  • A Toure
  • S Balde
  • K B Sow
  • S Guirassay
  • M B Diallo

Abstract



Objectif : Rapporter notre expérience dans la prise en charge des ruptures traumatiques de l'urètre postérieur. Patients et méthodes : Quatre-vingt-sept patients présentant une rupture traumatique de l'urètre postérieur ont été traités dans le service d'Urologie-Andrologie du CHU de Conakry de janvier 1988 à décembre 2004. Le contexte traumatique a été un accident de la voie publique dans 68 (78,2%) cas et un accident de travail dans 19 (21,8%) cas. Seuls 32 (36,8%) des patients ont été reçus dans les 72 heures qui ont suivi le traumatisme, les autres ont été reçus au stade de sténose urétrale constituée. Une fracture du bassin a été notée chez 56 (64,4%) patients. La symptomatologie clinique était dominée par la rétention d'urine dans 62 (71,3%), l'urétrorragie dans 59 (67,8%) et l'hématome périnéal dans 23 (26,4%) cas. Résultats : Le traitement a consisté en un réalignement sur sonde urétrale en urgence, une réparation urétrale en urgence différée entre le 8e et le 10e jour et une urétroplastie tardive selon qu'il s'agissait d'une rupture récente ou ancienne de l'urètre. Les résultats thérapeutiques ont été bons dans 32 (36,8%) et moyens dans 39 (44,8%) cas. Une dysfonction érectile a été notée chez 19 (21,8 %) patients. Conclusion : Le traitement des ruptures de l'urètre postérieur demeure controversé, cependant pour nous, l'uretrorraphie termino-terminale en urgence différée reste la méthode thérapeutique de choix dans notre contexte devant l'impossibilité de pouvoir réaliser un réalignement endoscopique et en l'absence de lésions associées sévères. Devant des lésions associées graves la réfection urétrale passe au second plan cédant la priorité aux lésions engageant le pronostic vital.
Objective: To report on our experience in the management of traumatic rupture of the posterior urethra. Patients and Methods: Eighty-seven patients with traumatic rupture of the posterior urethra were treated at the Department of Urology and Andrology of the Conakry University Hospital between January 1988 and December 2004. Trauma was caused by a car accident in 68 (78.2%) and by a work accident in 19 (21.8%) cases. Only 32 (36.8%) patients presented to the hospital within 72 hours after the accident. The others presented at a stage where urethral stricture had already developed. Bone lesions were observed in 56 (64.4%) patients. The predominant presenting symptom was urinary retention in 62 (71.3%) patients, followed by bleeding per urethram in 59 (67.8%) and perineal hematoma in 23 (26.4%) patients. Results: Treatment consisted of immediate emergency realignment with a guiding catheter, deferred emergency urethroplasty between the 8th and 10th day, or delayed urethroplasty, depending on the time elapsed after the injury. Good results were achieved in 32 (36.8%) and satisfactory results in 39 (44.8%) cases. Erectile dysfunction was noted in 19 (21.8%) patients. Conclusion: Treatment of ruptures of the posterior urethra remains controversial. Due to the fact that in our environment endoscopic realignment is not possible, deferred emergency end-to-end urethrorraphy remains the method of choice for ruptures not associated with other serious lesions. In case of associated serious injuries, these are given priority as a life-saving measure before urethral repair.

African Journal of Urology Vol. 13 (1) 2007: pp. 62-71
Published
2007-08-22
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1110-5704