Technology Transfer and the Innovative Process in Biomedical Sciences in the Developing World

  • W. O. Ogara
  • A. M. Okeyo

Abstract

Technology transfer may be defined as the conveyance of either a man-made tangible or intangible know-how from those who posses it to those who do not. Although the technology transfer encompasses great a many different types of activities, the transfer process can be examined according to six major elements, namely, the transfer item, the technology donor, the technology recipient, the transfer mechanism, the rate of diffusion of technology and the absorptive capacity of the recipient. These are several ways in which technology can be transferred from donor to recipient. Some of these mechanisms include turnkey operations, the technological enclave, licensing, joint ventures, patents, in house transfers to foreign subsidiaries, simple emulation of a product or a process, direct purchase of naked technology, embodied technology/technological services, education abroad, site-visits and on training, international co-operative research efforts, meetings and seminars. Scientists from the developing world are involved at various levels in the process of technology transfer. In the process of participating in all these activities the innovative process may come into play. Medical “technology” implies understanding of the equipment and paraphernalia of medicine and the art and skill in using it. The International Laboratory for Research on Animal Diseases (ILRAD) and Kenya Medical Research Institute (KEMRI) Kenya Trypanosomiasis Institute (KETRI) amongst others have notably participated in the development of Bio-Medical technology at various levels. Contributions of various African Scientists in the development of techniques and methods of treatment and control of various diseases is outstanding and has been of great assistance to drug companies for the development of products. The output of Research and Development must be considered productive and may lead to development of new technologies or improvement of existing ones. Industries are the beneficiaries here as they produce products that are sold to final users. The patenting of such products or know-how should reflect the participation of third world Scientists. High level of technological awareness must therefore be created among researchers and scientists of the third world. A system that protects intellectual property rights that works must be created. Joint cooperative research projects between the third world scientists and scientist of the developed world should lead to the beginning of a breakthrough in the technological underdevelopment of these countries towards the year 2000 and beyond. While conferences, intensive seminars and workshops are to be encouraged even more, work well done must not end up in shelves as papers presented in high scientific conferences.
Key words: Technology transfer, the innovative process, transfers item, technology donor, technology recipient, and technology diffusions
Résumé
On peut définir le transfert de technologies comme une transmission du génie humain matériel ou immatériel des personnes érudites aux gens qui sont dépourvus de ce génie. Bien que le transfert de technologies englobe plusieurs types d'activités, le processus lui-même de transfert peut être vu sous six angles principaux. Ces activités portent sur l'élément à transférer, le taux de vulgarisation de la technologie et la capacité d'adoption par le bénéficiaire. Il existe plusieurs façons dont la technologie peut être transmise de l'innovateur au client. Certains de ces mécanismes incluent notamment les opérations essentielles, dont le caractère collectif de la technologie, la licence, le partage des risques, les brevets, le transfert des biens immobiliers aux filiales étrangères, la simple promotion du produit ou le précédé de sa fabrication, l'achat direct d'une technologie brute ou majorée des services qu'elle génère, les études à l'étranger, les visites sur terrain et la formation continue, les efforts de coopération internationale en matière de recherche, de même que les réunions et les conférences. Les scientifiques des pays en voie de développement sont, à différents niveaux, impliqués dans le processus de transfert de technologies. Au cours de l'exécution des activités dessus mentionnés, il peut y avoir l'un ou l'autre élément d'innovation qui intervient dans le jeu. La technologie biomédicale implique la maîtrise du fonctionnement de l'équipement et de tout le bataclan médical, de même que le tact dans leur utilisation. Entre autres, le laboratoire International pour la Recherche sur les Maladies des Animaux — ILRAD, l'Institut Kenyan de Recherche sur la Trypanosomiase — KETRI et l'Institut Kenyan de Recherche Médicale — KEMRI, ont notamment participé à la mise au point de la technologie biomédicale à divers niveaux. La contribution apportée par divers scientifiques africains au développement des techniques et méthodes de traitement et de lutte contre différentes maladies est notoire, et celle-ci a considérablement aidé les compagnies pharmaceutiques dans la mise au point de leurs produits. Les fruits de la recherche et développement doivent être considérés comme rentables et pouvant déboucher au développement de nouvelles technologies ou conduire à l'amélioration de celles qui existent. Les industries en sont les premiers bénéficiaires car elles fabriquent des produits qui sont directement vendus aux utilisateurs finaux. Les brevets pour de tels produits ou ceux pour leur procédé de fabrication devraient refléter la participation des scientifiques des pays en voie de développement. Le niveau élevé de conscience technologique devrait ainsi être éveillé chez les chercheurs et scientifiques du tiers monde. Un système fonctionnel protégeant les droits de propriété intellectuelle doit voir le jour. Les projets conjoints de recherche englobant des scientifiques du tiers monde et ceux des pays développés devraient faire une percée dans le sous-développement technologique de ces pays vers l'année 2000 et au-delà. Certes la tenue des conférences, des séminaires intensifs et ateliers doit être fortement encouragée, mais les travaux bien effectués par les chercheurs ne doivent pas s'évanouir dans des tiroirs et être simplement considérés comme des papiers présentés dans de grandes conférences scientifiques.
Mots clés: transfert de technologies, processus innovateur, article de transfert, innovateur de la technologie, client bénéficiaire de la technologie, diffusion de technologies

(Discovery and Innovation: 2002 14 (3-4): 155-160)
Published
2004-02-17
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1015-079X