Complications urologiques des fractures du bassin de l’adulte au chu so : aspects epidemiologiques et therapeutiques a propos de 10 cas.

  • T Anoukoum
  • LK Agoda-Koussema
  • K Tomta
  • TM Kpatcha
  • K Tengue
  • A Abalo
  • A Dossim
Keywords: Traumatisme, bassin, bas appareil urinaire.

Abstract

Objectifs : le but de cette étude a été d’analyser les aspects épidémiologiques et de préciser les différents traitements de ces lésions urinaires traumatiques.
Matériels et méthodes : il s’est agi d’une étude rétrospective de Janvier 1992 à décembre 2012 dans tous les services de chirurgie et de rééducation fonctionnelle du CHU SO, à savoir, chirurgie générale, traumatologie et orthopédie, urologie - Andrologie et le centre national d’appareillage orthopédique (CNAO). Les dossiers de patients non hospitalisés et traités au CHU SO ont été exclus de cette étude. Il en a été de même pour les dossiers de patients ne comportant pas le diagnostic de fractures du bassin ou portant ce diagnostic mais relevant de la chirurgie pédiatrique ou encore de patients reçus en dehors de notre période d’étude.
Résultats : Au total 4640 cas de fracture de bassin ont été notés dont 10 cas de complications urologiques, soit 2,15%. La moyenne d’âge a été de 39 ans avec des extrêmes de 27 et 78 ans. Neuf hommes et une femme ont été concernés ; 3805 cas de fractures par accident de la voie publique ont été responsables de complications urologiques, soit 82% ; les 18% restants, soit 2 cas, ont été le fait de lésions urinaires après accident de travail (un cas), et par accident de sport (1 cas). Ces complications urologiques ont concerné l’urètre, (06 cas), la vessie (02 cas), le rein et l’uretère, 1 cas respectivement. Plus de 80% des lésions observées ont été traitées par méthodes chirurgicales, anastomose termino-terminale, pour l’urètre, suture de vessie ou par voie instrumentale à type de dilatation à l’aide de bougies plastiques ou de béniquets. Du fait de notre plateau technique, il n’a pas été fait usage de réparation par voie endoscopique. Cinq patients ont présenté dans l’évolution une insuffisance érectile. Il n’a pas été noté de décès dans notre série.
Conclusion : les complications urologiques sont relativement rares après les fractures du bassin ; cependant elles sont les premières à rechercher en cas de fractures instables du bassin et en présence d’urétrorragie chez un polytraumatisé de la voie publique.

Mots clés : Traumatisme, bassin, bas appareil urinaire.

ABSTRACT

Objectives: the goal of this survey was to identify the epidemiological aspects and to specify the different treatments brought to these urinary lesions.
Material and Methods: it was about a retrospective survey from January 1992 to December 2012 in all services of surgery and functional rehabilitation of CHU SO, to know, general surgery, traumatology and orthopedics, urology - Andrology and the national center of orthopedic equipment (CNAO). All files of patients non hospitalized and treaties atCHU SO have been excluded of this survey.it was same way for the files of patients not including the diagnosis of fracture of the basin or structural this diagnosis but being a matter for the pediatric surgery or patients received outside of our period of survey.
Results: 4640 cases of basin fractures have been noted and 10 cases of urologic complications, either 2.15%. The average of age was of 39 years with extremes of 27 and 78 years. 9 men and 1 woman have been concerned. 3805 cases of fractures accidentally of the public way were responsible for urologic complications, either 82%.the 18% remaining, either 2 cases, have been constituted then accidentally of urinary lesions after accident of work, 1 case, of sport, 1 case. This urologic complications concerned the urethra, 06 cases, the bladder, 02 cases, the kidney and the ureter, respectively 1 case. More than 80% of the lesions observed have been treated by surgical methods, termino-terminal anastomose, for the urethra, suture of bladder or by instrumental way to type of dilation with the help of plastic candles or beniquets. It has not been made use of repair by endoscopic way in first intention. Five patients presented in the evolution an erectile insufficiency. It has not been noted of death in our set.
Conclusion: the urologic complications are relatively rare after the fractures of the basin; however they are the first to search for in case of unsteady fractures of the basin and in presence of uretrorragy at a polytraumatised of the public way

Key words: Traumatism, basin, low urinary device.

Section
Articles

eISSN: 2413-354X