PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

La tachycardie ventriculaire : aspects epidemiologiques, cliniques, paracliniques, etiologiques, therapeutiques et evolutifs au chu Yalgado Ouedraogo au Burkina Faso

A. Thiam, W.B. Ouedraogo, P. Dossim, H.N. Tsague Kengni, A. Samandoulougou, P. Zabsonre

Abstract


Introduction-Objectifs : La présence d’une tachycardie ventriculaire (TV) doit nécessiter une prise en charge rapide. L’objectif de cette étude était d’étudier les aspects épidémiologiques, cliniques, paracliniques, étiologiques, thérapeutiques et évolutifs de la TV en hospitalisation de cardiologie au CHU-YO.
Matériel et méthodes : il s’est agi d’une étude rétrospective descriptive allant du 1er Janvier 2012 au 31 décembre 2014.Ont été inclus les patients âgés de plus de 18 ans, hospitalisés dans le service de cardiologie du CHU Yalgado Ouédraogo, ayant présenté une TV soutenue ou non soutenue à l’ECG de surface douze dérivations ou à l’enregistrement continu Holter ECG.
Résultats : Trente-six (36) cas de TV ont été retenus. La prévalence hospitalière de la TV était de 2,34 %. L’âge moyen des patients était de 61,44 ± 14,55 ans (extrêmes 34-85 ans). Le sex-ratio était de 2,6. Un antécédent d’hypertension artérielle était retrouvé dans 47,22 %. A l’admission un syndrome d’insuffisance cardiaque était présent dans 88,88 %. Le collapsus, l’état de choc et les palpitations ont été les manifestations cliniques les plus retrouvées au moment de la TV. La TV était soutenue dans 36,11% et non soutenue dans 63,88 %. Les principales étiologies étaient représentées par les cardiopathies hypertensives (30,30%) et les cardiopathies ischémiques (30,30%). La réduction de la TV soutenue a été effectuée par choc électrique externe dans 77 %. L’amiodarone a été utilisée dans 87% en cas de TVNS. La réduction et le maintien en rythme sinusal a été obtenu globalement dans 63,88 % des cas. La durée moyenne d’hospitalisation était de 14,30 ± 9,99 jours (extrêmes 2-36 jours). La mortalité globale était de 44,44 %.
Conclusion : Le pronostic de la TV suggère une surveillance rigoureuse des patients présentant des cardiopathies sous-jacentes à risque.

Mots clés : tachycardie ventriculaire, trouble du rythme, cardiopathie




AJOL African Journals Online