Analyse de l’erosion hydrique sous l’angle morphopedologique a Sogbossito dans la peripherie nord-ouest D’agoe-Nyive au Sud Du Togo

Morphopedological analysis of water erosion at Sogbossito in the northwestern outskirts of Agoè-Nyivé in Southern Togo

  • Dangnisso Bawa
Keywords: Togo, Agoè-Sogbossito, sols, pente, érosion., Togo, Agoè-Sogbossito, soils, slope, erosion.

Abstract

L’érosion hydrique est un processus morphogénique déclenché par un ensemble de facteurs. Il s’agit des précipitations pluvieuses, des états de surface, de la pente et de la nature du sol. Dans le quartier de Sogbossito, dans la périphérie nord-ouest d’Agoè-Nyivé au bâti dense, qui reçoit un volume pluviométrique moyen annuel de 800 à 900 mm, l’érosion se manifeste à des degrés divers. Le secteur sud-ouest faiblement affecté par l’érosion contraste avec celui nord-est fortement impacté par cet aléa. La pluviométrie étant relativement homogène sur ce quartier, de même que l’occupation du sol, l’intérêt de se tourner vers les facteurs morphopédologiques pour comprendre cette érosion est primordial. Le but de cette étude est d’analyser l’érosion hydrique dans le quartier de Sogbossito à travers les facteurs morphopédologiques que sont la pente et la nature des sols. Pour y parvenir la méthodologie utilisée est basée sur la documentation, les travaux de terrain et le traitement des données collectées. Les résultats montrent que le secteur sud-ouest au sol argilo-sableux est caractérisé par une faible activité érosive. Les pertes en terre sur un segment de rigole et de ravine de 100 m varient de 10,56 à 81,4 tonnes par an, avec un indice de drainage de 0, 323 m. Par contre, elle est plus active dans le secteur nord-est. Dans ce secteur, le sol sablo-limoneux peu cohérent est très vulnérable à l’érosion enregistre des pertes en terre sur un segment de 100 m de ravine et de ravin de l’ordre de 126,48 à 476 tonnes par an et un indice de drainage de 0,818 m. La valeur de la pente a un impact mitigé sur ces résultats. Sur le long versant de 1,5 km qui retombe dans la vallée du Zio, avec une pente de 5 à 10%, les pertes en terre sont plus élevées au bas du versant de 5% que sur le haut du versant de 10% de déclivité. Cette faible activité érosive sur le tiers supérieur du versant, relevée aussi sur le plateau de faible déclivité (2 à 3%) s’explique en partie par la texture argilo-sableuse du sol qui offre une résistance à l’érosion.

Water erosion is a morphogenic process triggered by a set of factors. These are rainfalls, surface conditions, slope, and nature of the soil. In the Sogbossito district, in the northwestern outskirts of Agoè-Nyivé with its dense buildings, which receives an average annual rainfall of 800 to 900 mm, erosion occurs to varying degrees. The southwestern sector, which is weakly affected by erosion, contrasts with the northeastern sector strongly impacted by this hazard. As rainfall is relatively homogeneous in this area, as is land use, the interest in turning to morphopedological factors to understand this erosion is paramount. This study aims at analyzing water erosion in the Sogbossito neighborhood through the morphopedological factors such as the slope and the nature of the soils. To achieve this, the methodology used is based on documentation, fieldwork and processing of the data collected. The results show that the southwest sector with clay-sandy soil is characterized by low erosive activity. Soil losses on a 100 m channel and gully segment vary from 10.56 to 81.4 tons per year, with a drainage index of 0.323 m. However, it is more active in the northeast sector. In this sector, the sandy-loamy soil which is very vulnerable to erosion records soil losses over a 100 m segment of gully and ravine varies between 126.48 and 476 tons per year and an index of drainage equal to 0.818 m. The slope value has a mixed impact on these results. On the 1.5 km long slope which falls back into the Zio valley, with a slope of 5 to 10%, soil losses are higher at the bottom of the slope by 5% than on the top of the slope by 10%. This low erosive activity on the upper third of the slope, also noted on the low slope plateau (2 to 3%) is partly explained by the clay-sandy texture of the soil which offers resistance to erosion.

Published
2022-02-27
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2413-354X
print ISSN: 1727-8651