PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

Persistance du canal arteriel : Aspects epidemiologiques, circonstances de depistage et prise en charge

F Damorou, K Matey, N Douti, S Bantakpa, E Goeh-Akue, R Baragou, B Soussou

Abstract


Patent Ductus Arteriosus (PDA) Incidence is not exactly determined in Togo. Comprehensive data are currently unavailable on diagnosis and therapy in fact of inadequate structures. Some children with PDA
have been operated on in foreign countries thanks to the NGO “Terre des Hommes” (TDH). This study was undertaken to determine the incidence, diagnosis conditions and therapy analyses on PDA in Togo.
Methods: Retrospective study has been done. We investigated medical reported of 53 children under the age of 15 years with PDA admitted at TDH during the period of January 1er 1990 to December, 31,
2002. Data on clinical, Para clinical and postoperative follow up. Statistical analysis through chi-square was carried out threshold 5%.
Results: The incidence of PDA was 25% of all congenital neart diseases (CHDS) admitted to TDH. There were more females than males (36 versus 17). Man age were 4.5 ± 4,5 ( 3 months to 15 years ). Infection of the upper respiratory treat (31.40%) and dyspnea (28.92%) were the most symptoms. Continuous heart murmur (98.11%)), poor growth (47.17%) and widely and fixedly split second heart sound (45.30%) were founded on physical examination. Cardiomegaly (94.33%) and pulmonary hyper vascularisation (73.60%) are been performed on thoracic radiography. Sinusal cardiac rate was founded in 93.33%. Velocity in pulmonary artery was increased in 69.44%. Left-to right shunt tensions have been founded in 56.77%. Overall latest morality was 3.84% by congestive heart failure.
Conclusion: PDA is an CHDS frequently founded in our country but it’s treatment is unavailable here. Only creation of a cardiovascular surgery canter could reduce the morbidity and mortality of this pathology in our countries because; diagnosis and transfer of children are done with lateness.

 

Introduction : L’incidence de la persistance du canal artériel (PCA) est encore mal connue au Togo. Cette affection pose des problèmes diagnostic et de prise en charge par manque de structures adéquates.
Certains enfants porteurs de PCA ont été opérés à l’étrange grâce aux oeuvres de bienfaisance de « Terre des Hommes » (TDH). Cette étude a pour objectifs de déterminer l’incidence de cette pathologie, étudier
ses aspects cliniques et analyser sa prise en charge au Togo.
Matériel et méthode : Il s’est agi d’une étude rétrospective de 53 dossiers d’enfants de moins de15 ans porteurs d’une PCA enregistrés à TDH au cours de la période du 1er Janvier 1990 au 31 décembre 2002.
Nous avons étudié les paramètres cliniques, para cliniques, thérapeutiques et évolutifs. Le traitement des données a été informatisé. Nous avions utilisé le test de Khi2 au seuil 5% pour les comparaisons. Résultats : La PCA a représenté 25% des cardiopathies congénitales (CC) enregistrés à TDH. La sexratio a été de 0,47. L’âge moyen a été de 4,5 ans (3 mois -15 ans). Les infections broncho-pulmonaires (31,40%), la dyspnée (28,92%) ont été les circonstances de découverte les plus fréquentes. Le souffle systolo diastolique (98,11%), le retard staturo-pondéral (47,17%) et les anomalies de B2 (45,30%) ont été les signes physiques dominants de l’examen physique. La cardiomégalie (94,33%) et l’hyper vascularisation pulmonaire (73,60%) ont été les principaux signes radiologiques. Le rythme cardiaque a été régulier dans (93,33%) des cas. La vélocité dans l’artère pulmonaire a été augmentée dans 69,44% des cas. Le shunt a été gauche droit dans 65,96% des cas et la PCA a été associée aux CIV dans 56,77% des cas. Deux décès (3,84%) ont été enregistrés par complication hémodynamique. Conclusion : La PCA est une pathologie fréquente dont la prise en charge n’est pas encore possible au Togo, seule la création d’un centre de chirurgie cardiovasculaire réduirait la mortalité de cette affection encore élevée dans nos pays car le diagnostic et le transfert des patients se font avec un grand retard.




AJOL African Journals Online