PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Lexikos

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Quand la pratique lexicographique se modernise en RD Congo. Note sur Nkòngamyakù Cilubà–Mfwàlànsa, dictionnaire bilingue de NgoSemzara Kabuta

C Maalu-Bungi

Abstract


Le cilubà est l’une des quatre langues nationales congolaises parlée au centre-sud du pays. Elle a acquis le statut de langue écrite depuis la fin du 19ème siècle et possède à ce jour plusieurs ouvrages lexicographiques dont le premier, daté de 1881, est un lexique ciluba-allemand réalisé
par un explorateur allemand. Nkòngamyakù Cilubà–Mfwàlànsa est un dictionnaire bilingue élaboré par NgoSemzara Kabuta, professeur de linguistique et littérature africaines à l’Université de Gand, dans le triple but de compléter et combler les lacunes du dernier dictionnaire du genre
publié en 1960 par un prêtre catholique, rendre compte de l’évolution de la langue et proposer la forme standard du cilubà tel qu’il doit être utilisé dans les communications institutionnelles, notamment dans l’enseignement. Par rapport aux ouvrages des prédécesseurs, missionnaires et agents territoriaux, ce nouvel outil de référence apporte plusieurs innovations, dont principalement: l’existence du dictionnaire sous formats électronique et support papier, l’augmentation du nombre d’entrées de 10 000 à 16 000, l’utilisation d’une orthographe simple, pratique et efficace susceptible de faciliter la lecture comme  l’apprentissage de la langue, le nombre significatif de paramètres et de justifications sur chaque entrée pour en rendre la compréhension plus aisée, l’ajout d’un abrégé de grammaire, entièrement en cilubà, une manière de contribuer au développement, à la promotion et à l’enrichissement de cette langue à travers notamment la terminologie
grammaticale. Malgré les erreurs dues à son caractère novateur, cet ouvrage lexicographique dont la valeur est, à divers égards, incontestable, constitue une réponse à l’appel lancé naguère aux dictionnairistes
africains, singulièrement bantu, en faveur de travaux plus complets.



AJOL African Journals Online