PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Madagascar Conservation & Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Approaching invasive species in Madagascar

CA Kull, J Tassin, SM Carriere

Abstract


While a number of plants, animals, and insects in Madagascar have been called ’invasive’, the topic of invasive species has until recently received less attention here than in other island contexts. Some species, often alien to Madagascar and introduced by humans, have expanded their range rapidly and have had both negative and positive effects on landscapes, on native biodiversity, and on livelihoods. Examples include the prickly pear (raketa), the silver wattle (mimosa), and, recently, the Asian common toad (radaka boka). Building on a conceptual approach to ’invasive species’, this paper emphasizes the importance of inclusive and deliberative site- and population - specific management of invasive species. It analyses three separate concepts commonly used in definitions of invasion: the origin, behaviour, and effects of particular species. It places these concepts in their broader social and ecological context, with particular attention to local perspectives on invasive species. We illustrate these concepts with Malagasy examples and data. The examples demonstrate that while invasions can have dramatic consequences, there can be multiple, often competing, interests as well as site - specific biophysical, environmental, and cultural considerations that need to be taken into account when designing policy and management interventions. We conclude with a number of lessons learned.

RÉSUMÉ
Contrairement à la plupart des autres îles, et en dépit du qualificatif ‘invasif’ rattaché depuis longtemps à certaines espèces qui s’y sont naturalisées, les réflexions autour de l’approche des espèces invasives à Madagascar demeurent récentes. L’opuntia (Opuntia spp.) figure certes parmi les plus anciens exemples d’espèces traités dans la littérature sur les invasions biologiques. Mais ce n’est vraiment qu’avec le retentissement médiatique autour de la détection en 2011 de la présence du crapaud masqué (Duttaphrynus melanostictus) et la recherche d’une parade appropriée que s’est affirmée la nécessité de traiter cette question des espèces invasives en tant que telle. Une posture nativiste et uniforme qui ignorerait la spécificité des contextes biophysiques et socio - économiques locaux, mais aussi la pluralité des formes d’invasion biologique et des définitions qui s’y rattachent, ne saurait être privilégiée. L’article montre qu’il s’agit de situer les réflexions dans un contexte insulaire socio - économique dans lequel les espèces allogènes tiennent depuis longtemps une large place. Il défend en outre la nécessité d’envisager les espèces invasives non pas selon une forme de perception unique et autoritariste, mais selon une diversité de points de vue, conforme aux conflits d’intérêts qui se manifestent parfois, et mettant plutôt en avant le caractère exogène des espèces invasives, leurs effets (négatifs, mais aussi positifs) sur le milieu, ou leur mode de fonctionnement (dispersion, dominance) dans des contextes spécifiques et locaux. Il convient en particulier d’observer qu’aux coûts générés par les invasions biologiques peuvent s’ajouter des bénéfices économiques, et que les impacts écologiques néfastes peuvent se combiner avec des incidences heureuses, y compris auprès d’espèces indigènes en situation critique. En outre, le point de vue des populations humaines, leur connaissance d’espèces invasives quotidiennement rencontrées, leur réticence à scinder le vivant en espèces indigènes et allogène, mais aussi leur vision pragmatique, ne sauraient être mésestimés, et moins encore oubliés. Enfin, l’article invite à prendre du recul face aux effets rhétoriques liés aux discours conventionnels sur les invasions biologiques, à éviter les amalgames et les généralisations excessives, à tenir compte des contraintes environnementales mais aussi des aspirations socio - économiques des populations locales, et à prendre en compte la diversité des spécificités locales, qu’elles soient biophysiques ou sociales. En conclusion, il est sans doute heureux que Madagascar n’ait rejoint que très récemment la mouvance internationale des réflexions sur les espèces invasives : cela lui permet en effet d’être en mesure de disposer d’une position équilibrée, déjouant certains discours catastrophistes, et préférant une approche résolument contextualisée, à l’échelle nationale comme aux échelles régionales




http://dx.doi.org/10.4314/mcd.v9i2.2
AJOL African Journals Online