PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Madagascar Conservation & Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Analyse cognitive d’une politique publique : justice environnementale et « marchés ruraux » de bois-énergie

FD Muttenzer

Abstract


Madagascar élabore depuis 1999 une politique publique relative à l’énergie domestique expérimentée d’abord dans le cadre d’un  programme pilote financé par l’aide internationale. Les deux principaux objectifs de cette politique sont, d’une part, l’approvisionnement durable des populations urbaines à faible pouvoir d’achat en charbon de bois pour la cuisson et, d’autre part, de réduire la pauvreté des ménages ruraux par  des activités génératrices de revenus telles que l’exploitation et le commerce du charbon de bois dans le cadre d’une gestion durable des forêts. L’article est fondé sur les enquêtes de terrain de l’auteur et présente une analyse cognitive (c’est - à - dire social - constructiviste) de ce programme pilote qui débouche sur quatre principales conclusions. (i) L’inefficacité écologique des marchés ruraux n’est pas perçue comme un problème public tant que l’approvisionnement des villes en charbon au moindre coût est socialement tenu pour résolu efficacement et avec justesse. (ii) Le relativisme culturel de cette conception de la justice environnementale est « universalisable » en ce que l’impératif surplombant d’approvisionner les villes africaines en énergie domestique au moindre coût est également invoqué par les organismes de développement. (iii) Le programme analysé est un cas typique d’inversion normative où les solutions disponibles ont déterminé les manières d’identifier le problème. (iv) Le concept de marché rural de bois - énergie est un « cadre d’interprétation du monde » qui justifie les mesures à prendre en démontrant le lien avec le diagnostic empirique même si les populations et administrations destinataires en font d’autres interprétations.

ABSTRACT
The article describes how the policy concept of ‘rural charcoal markets’ coined in the 1990s by French technical assistants in West Africa was implemented a decade later in Madagascar by a pilot project to experiment a nationwide policy of forest management for domestic energy. The main goals of this policy are to provide cheap and sustainable domestic energy sources to poor urban dwellers; and to reduce the poverty of rural households by promoting sustainable forest management including income generation through producing and marketing charcoal. The article is based on the author’s personal fieldwork and presents a cognitive (i.e., social constructivist) analysis of this policy program which leads up to four main conclusions. (i) The ecological inefficiency of rural markets is not considered a public problem as long as the task of providing cheap charcoal to urban dwellers is socially perceived to be effectively and equitably solved by parallel product chains. (ii) The cultural relativity of this conception of environmental justice is universal insofar as the overriding goal of providing cheap charcoal to urban dwellers is shared and invoked by international aid donors. (iii) The pilot project under study is a case of normative inversion where previously existing policy solutions determined the ways in which the public problem came to be identified. (iv) The concept of rural fuel - wood market is a cognitive framework for viewing the world, which justifies policy measures to be adopted by invoking factual information even when this cultural representation is not widely shared by targeted populations and administrations.




http://dx.doi.org/10.4314/mcd.v7i2S.4
AJOL African Journals Online