PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Madagascar Conservation & Development

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Étude des impacts écologiques du dynamisme spatio-temporel des habitats naturels sur la faune menacée du Complexe Zones Humides Mahavavy-Kinkony, Madagascar

RH Andriamasimanana, EH Rasolomanana, A Cameron, J Ratsimbazafy

Abstract


Cette recherche menée dans le Complexe Zones Humides Mahavavy - Kinkony a pour but d’évaluer les impacts écologiques du changement des habitats naturels sur les espèces menacées de sa faune. Des outils tels que le SIG, la télédétection ainsi que Marxan ont été combinés avec les études bibliographiques et les travaux de terrains pour (i) identifier les habitats naturels prioritaires pour la faune menacée du site, (ii) évaluer leur changement entre 1950 et 2005, (iii) déceler les causes du changement, (iv) élaborer une prospective des changements en 2050 et (v) évaluer les impacts du changement. Le changement des habitats naturels s’est déroulé au cours des temps mais il n’a pas été assez important au niveau global du site pour transformer radicalement les occupations du sol. Toutefois, le recul des phragmitaies du lac Kinkony et des forêts de Tsiombikibo et de Marofandroboka menace les espèces qui en dépendent. Le suivi du delta de Mahavavy doit être poursuivi et intensifié pour évaluer les menaces qui pèsent sur lui dans le contexte des changements climatiques. La situation de la forêt d’Andohaomby est préoccupante et son avenir menacé en l’absence d’actions concrètes. L’analyse de vulnérabilité à l’érosion du bassin du Kinkony a démontré que les changements physico - chimiques dus à l’érosion dans les quatre bassins au Sud du lac rendent nécessaires des aménagements anti-érosifs. Parmi les espèces de la faune vertébrée, Amaurornis olivieri, Propithecus coronatus et Paretroplus dambabe sont les espèces les plus affectées globalement, mais au niveau du site Propithecus deckeni, Paretroplus kieneri et Erymnochelys madagascariensis sont tout aussi vulnérables. Pteropus rufus et Rousettus madagascariensis seraient les espèces les mieux protégées.



http://dx.doi.org/10.4314/mcd.v8i2.7
AJOL African Journals Online