PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Ostrich: Journal of African Ornithology

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



DOWNLOAD FULL TEXT Open Access  DOWNLOAD FULL TEXT Subscription or Fee Access

The variable morphology of the African Goshawk (Accipiter tachiro)

Michel Louette

Abstract


A molecular phylogeny is not yet available for the widespread, medium-sized and ecologically uniform African Goshawk complex, which shows important geographical variation size and colour. Based on plumage characteristics and habitat preferences, I recognise two paraspecies: a rather cryptically plumaged woodland group (tachiro); and a colourful equatorial forest taxon (toussenelii). The rather colourful form on the Ethiopian highlands is isolated and could be considered as a third paraspecies. However, the form on Pemba island, obviously derived from nearby woodland parental stock (tachiro s.l.), also has the forest characteristics of small size, colourful female and poor sexual plumage dimorphism. This demonstrates the phenotypic plasticity within the complex. Morphology is related to habitat, which includes a different balance of social characteristics and it is also seemingly related to the presence of congeneric species. I suggest that male selection for a quality partner provoked the colourful females in forest and the heavy females in woodland. A postjuvenile ‘junior adult' male plumage, which resembles the adult female in colour, is present in the East African woodland form and could help these birds to survive near adult-plumaged territory holders. A peculiar juvenile, which may either be a mimic of the Black Goshawk or a character displacement of the Chestnutflanked Sparrowhawk, occurs in the Lower Guinean forms.

La phylogénie moléculaire de l'autour tachiro, un Accipiter de taille moyenne largement réparti en Afrique qui n'est pas très spécialisé, n'est pas encore disponible. Ce taxon présente une grande variation géographique en taille et en couleur générale, y compris le dimorphisme sexuel en plumage. En me basant sur l'habitat et sur le plumage, je propose de reconnaître deux para-espèces: une des savanes arborées, de coloration plutôt cryptique (tachiro), l'autre des forêts équatoriales et très colorée (toussenelii). La forme assez bien colorée des montagnes Ethiopiennes est isolée et pourrait être considérée comme une troisième para-espéce, si ce n'était que la forme sur l'île de Pemba, dérivée sans aucun doute de la population continentale avoisinante de savane (tachiro s.l.) possède, elle aussi, les caractéristiques ‘forestières' (taille réduite, femelle colorée et dimorphisme sexuel du plumage diminué). Ceci démontre la plasticité parmi ce taxon. La morphologie est liée d'une part à l'habitat, responsable d'un changement de l'apparence vis-à-vis des caractéristiques sociaux et d'autre part apparemment à la présence d'espèces congénériques. Il est suggéré que la sélection du male pour un partenaire de qualité a provoqué l'apparition de femelles colorées en forêt et de femelles lourdes en savane arborée. Un plumage mâle postjuvénile ‘adulte junior', qui ressemble à la femelle adulte par sa couleur, est mentionné de la forme des savanes d'Afrique de l'Est (ce plumage pourrait aider ces individus à survivre près des adultes territoriaux) et un juvénile aberrant des formes de la Basse Guinée. Ce dernier pourrait imiter l'autour Noir ou avoir changé ses caractéristiques à cause de la présence de l'autour à flancs roux.

Ostrich 2007, 78(2): 387–393



AJOL African Journals Online