Colonial versus solitary breeding: nesting patterns of Brown-throated Martins Riparia paludicola in Morocco

Keywords: annual variation, breeding dispersion, flooding, mobbing, nest attendance, nest site selection

Abstract

This study explored reasons for variable nesting habits in a hole-nesting bird species that sometimes breeds colonially and sometimes alone. Nesting was surveyed over ten years in natural sand cliffs and similar features created by human activity along a river and nearby habitats. Two-thirds of nests were in small colonies of 2–16 birds, where nests were less than 25 m from neighbouring breeders. Many others were hundreds of metres apart. Individual breeding locations were abandoned after only a few years’ occupation, often without obvious habitat change. Birds responded very rapidly to the sudden exposure of fresh sand cliffs by starting new colonies. If floods occurred in the first half of the season, nesting in the second half shifted to less vulnerable areas. Substantial changes from year to year, in the location of breeding activity and the ratio of colony to solitary nests, were unrelated to variations in rainfall (a likely measure of feeding conditions) in the previous breeding season or the six months prior to breeding. The proportion of nests in colonies was positively correlated with the numbers of birds breeding, indicating that coloniality was not limited by available sites. Behaviour at colony and solitary nests suggested that one benefit of group nesting is more frequent and stronger response to birds of prey. Extra adults visiting nests alongside the breeding pair were more frequent at colonies, though the significance of this is unknown. There was no evidence for neighbouring breeders coordinating their visits to and from colonies. Costs of group nesting (more frequent disturbance by groups of non-breeders, and time in defence of nests) were higher at colonies, though levels of aggression were very low. Coloniality is more likely to be an incidental result of birds independently selecting good nesting sites in an unpredictable habitat, than because of social benefits of breeding close together.

Nidification coloniale ou solitaire: modèles de nidification de l’Hirondelle paludicole Riparia paludicola au Maroc

Cette étude a exploré les raisons des habitudes de nidification variables chez une espèce d’oiseau nichant dans un trou qui se reproduit parfois de manière coloniale et parfois seule. La nidification a été étudiée pendant dix ans dans des talus sablonneux naturels et caractéristiques similaires créées par l’activité humaine le long d’une rivière et dans des habitats proches. Deux tiers des nids se trouvaient dans de petites colonies de 2 à 16 individus,
où les nids se trouvaient à moins de 25 m de nicheurs voisins. De nombreux autres étaient distants de plusieurs centaines de mètres. Les sites de reproduction individuels ont été abandonnés après seulement quelques années d’occupation, souvent sans changement évident d’habitat. Les oiseaux ont réagi très rapidement à l’exposition soudaine de falaises de sable frais en créant de nouvelles colonies. Si des inondations se produisaient au cours de la première moitié de la saison, la nidification au cours de la seconde moitié se déplaçait vers des zones moins vulnérables. Des changements substantiels d’une année à l’autre, dans la localisation de l’activité de reproduction et dans le rapport entre les nids de colonies et les nids solitaires, n’étaient pas liés aux variations des précipitations (une mesure probable des conditions d’alimentation) au cours de la saison de reproduction précédente ou des six mois précédant la reproduction. La proportion de nids dans les colonies était positivement corrélée avec le nombre d’oiseaux se reproduisant, ce qui indique que la colonialité n’était pas limitée par les sites disponibles. Le comportement aux nids des colonies et aux nids solitaires suggère que l’un des avantages de la nidification en groupe est une réponse plus fréquente et plus forte aux oiseaux de proie. Les adultes supplémentaires visitant les nids aux côtés du couple reproducteur étaient plus fréquents dans les colonies, bien que la signification de ce phénomène soit inconnue. Il n’y a pas de preuve que les nicheurs voisins coordonnent leurs visites vers et depuis les colonies. Les coûts de la nidification en groupe (perturbations plus fréquentes par des groupes de non-reproducteurs et temps consacré à la défense des nids) étaient plus élevés dans les colonies, bien que les niveaux d’agression soient très faibles. Il est plus probable que colonialite s’agisse d’une conséquence fortuite de la sélection indépendante par les oiseaux de bons sites de nidification dans un habitat imprévisible, plutôt que des avantages sociaux d’une reproduction rapprochée.

Published
2021-11-22
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1727-947X
print ISSN: 0030-6525