Population Viability Analysis for a vulnerable ground-nesting species, the Cape Rockjumper Chaetops frenatus: assessing juvenile mortality as a potential area for conservation management

Keywords: conservation management, extinction risk, fynbos, range-restricted

Abstract

As an endemic bird to the Fynbos biome, prominently featured in literature and marketing material for the avifauna of the continent, the Cape Rockjumper Chaetops frenatus is an iconic species of South Africa. Building on studies from the past decade, recent publications all point to a vulnerability to climate change due to temperature-related effects on their behaviour, physiology, and life history. Here we present a population viability analysis for the species based on knowledge of recent declines and making use of recently available information on their life history. We combined recent breeding success data (2016–2018) with that of a population monitored approximately two decades ago (1998–2000) and modelled the probability of extinction for four scenarios where the principal change was in juvenile (more accurately, nestling) mortality. We focused on juvenile mortality as there are previously identified areas of vulnerability that present potential areas for mitigation. With juvenile mortality set at the recently recorded rate of 80% there is a 49.1% chance of population extinction within 100 years, despite optimistic adult survival and breeding parameters used in the models. We then provide insights into factors that mediate juvenile mortality as potential avenues for the management of the species.

Analyse de la viabilité de la population d’une espèce vulnérable nichant au sol, le Rockjumper du Cap Chaetops frenatus : évaluation de la mortalité juvénile comme domaine potentiel de gestion de la conservation.

En tant qu’oiseau endémique du biome du Fynbos, figurant en bonne place dans la littérature et le matériel de marketing sur l’avifaune du continent, le Rockjumper du Cap Chaetops frenatus est une espèce emblématique de l’Afrique du Sud. S’appuyant sur les études de la dernière décennie, les publications récentes indiquent toutes une vulnérabilité au changement climatique en raison des effets liés à la température sur leur comportement, leur physiologie et leur cycle de vie. Nous présentons ici une analyse de la viabilité de la population de l’espèce basée sur la connaissance des déclins récents et utilisant les informations récemment disponibles sur leur histoire de vie. Nous avons combiné des données récentes sur le succès de la reproduction (2016–2018) avec celles d’une population suivie il y a environ deux décennies (1998–2000) et nous avons modélisé la probabilité d’extinction pour quatre scénarios où le principal changement était la mortalité des juvéniles (plus précisément, des oisillons). Nous nous sommes concentrés sur la mortalité juvénile car il existe des zones de vulnérabilité identifiées précédemment qui présentent des zones potentielles d’atténuation. Si la mortalité juvénile est fixée au taux de 80% récemment enregistré, le risque d›extinction de la population dans les 100 ans est de 49.1%, malgré les paramètres optimistes de survie et de reproduction des adultes utilisés dans les modèles. Nous fournissons ensuite des informations sur les facteurs qui interviennent dans la mortalité juvénile comme pistes potentielles pour la gestion de l’espèce.

Published
2021-11-22
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 1727-947X
print ISSN: 0030-6525