La Préposition Française: Etude des Contraintes d’emploi Chez l’apprenant Igbophone

  • SU Ezeodili
  • EO Ezeani

Abstract

Plusieurs facteurs linguistiques nuisent à la compétence de l’apprenant igbophone du français langue étrangère. Il faut en particulier souligner le manque de connaissance approfondie de la culture et civilisations françaises suscitant des problèmes chez l’apprenant. Par ailleurs, il s’affronte aux multiples épines dont l’insuffisance de l’expression, les différences morpho – syntaxiques et phonétiques. Or, la maîtrise des éléments précédents sont indispensables à l’encodage et au décodage des messages. Il ensuit que les problèmes de l’igbophone désireux de parler français découlent du fait que la structure de l’igbo (L1), lui est déjà si profondément gravée à la mémoire qu’elle interfère avec le processus d’apprentissage de la langue seconde, (L2) de l’anglais et celui de la troisième langue (L3) en l’occurrence, le français. On sait que chaque locuteur natif est censé maîtriser la grammaire de sa langue maternelle. Il se rend bien compte de l’ordre des éléments porteurs du sens. Dans ces perspectives, il est compétent en sa langue maternelle. Cette compétence se préoccupe de la connaissance inconsciente du locuteur, et des principes selon lesquels les phrases de sa langue maternelle sont construites. Puisque l’igbophone apprend le français comme sa troisième langue (L3), après avoir acquis l’anglais (L2), il va de soi que sa langue maternelle (L1) et celle de la seconde (L2) interfèrent avec l’apprentissage du français (L3). Ce phénomène peut s’attribuer à l’interférence linguistique. Dans cette présente communication, nous avons examiné la morphosyntaxe de la préposition, dans les deux langues du français et de l’igbo afin de découvrir les problèmes de l’apprenant igbo de la préposition française.
Published
2013-01-21
Section
Articles

eISSN: 1595-1413