Etiological and epidemiological studies on the red leaf disease of pineapple in Ghana

  • RT Awuah Department of Crop Science, Plant Pathology Unit, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST), Kumasi, Ghana
  • E Adzim Department of Crop Science, Plant Pathology Unit, Kwame Nkrumah University of Science and Technology (KNUST), Kumasi, Ghana
Keywords: Ananas comosus, nematodes, Neosartorya fischeri, mealybug wilt, nématodes

Abstract

Possible cause(s) of red leaf disease (RLD) of pineapple (Ananas comosus L.) in Ghana were examined through field observations, isolation of suspected organisms from roots of diseased plants, growing plants in potted steam-sterilised and unsterilised natural field soils. Others included detection of the pineapple closterovirus (PCV) from symptomatic and healthy pineapple leaves using tissue blot immunoassay (TBIA). Effects of soil moisture, soil fertility, sucker condition and light intensity on the disease were studied in pots while some factor combinations were studied in mini plots in the field. Diseased plants from the field had reduced root systems and had Neosartorya fischeri. Nematodes of the genera Aphelenchus, Pratylenchus and Helicotylenchus were recovered from roots and infrequently from the rind of the underground stem. Pineapple plants grown outdoors in steam-sterilised field soil reddened just as those grown in unsterilised soil. The PCV was detected in only 53% of all typically symptomatic leaves examined. All non-symptomatic leaves also tested positive for PCV. Plants grown from symptomatic suckers in a plant house with diffuse light intensity (7,440 lm m-2) and at 29 oC, recovered from RLD within 6 months. These plants, however, reddened when grown outdoors with intense light (39,751 lm m-2) at 30 oC. Significantly (P<0.05) lower disease levels were recorded on mini-plots optimally fertilised with NPK and maintained at high moisture than on low fertility, low moisture plots. In a further mini plot trial, plants grown with reduced light had lower disease levels than those grown with full light. Overall, these results show that soil biotic factors have no primary etiological role in RLD. The viral nature of the disease is also doubtful. Leaf reddening in pineapple could be a physiological response to environmental stresses.

Key Words: Ananas comosus, nematodes, Neosartorya fischeri, mealybug wilt

RÉSUMÉ

Les possibles causes de la maladie des feuilles rouge (MFR) de l'anana (Ananas comosus L.) au Ghana étaient étudiées à travers des observations des champs, en isolation des organismes suspectés dans les racines des plantes infectées, en cultivant des plantes dans des pôts stérilisés par la vapeur et des champs naturels non stérilisés. D'autres méthodes incluaient la detection des closterovirus de l'anana (CVA) sur des feuilles d'anana présentant les symptômes et en bonne santé en utilisant des buvard immunoassay (BIA). Les effets de l'humidité du sol, la fertilité du sol, les conditions des rejetons et l'intensité de la lumière sur la maladie étaient étudiés dans des pôts alors que certains facteurs des combinaisons étaient étudiés dans des mini parcelles dans les champs. Les plantes infectées dans les champs avaient des systèmes des racines réduits et avaient Neosartorya fischeri. Les nématodes des genres Aphelenchus, Pratylenchus et le Helicotylenchus étaient récupérés des racines et de manière non regulière des écorces de la partie ensevelie dans le sol de la tige. Les ananas plantés en plain air dans des champs dont le sol était stérilisé à la vapeur rougis comme ceux la qui ont été planté dans un sol non stérilisé. Les CVA étaient detecté dans 53% des cas seulement sur les feuilles symptomatiques examinées. Toutes les feuilles non symptomatiques étaient aussi testées positives pour les CVA. Les plantes cultivées à partir des rejetons symptomatiques dans une maison des plantes avec de la lumière diffuse (7440 lm m-2) et à 29°C récupéra de la MFR dans 6 mois. Ces plantes devinrent rouge quand elles étaient plantées en plain air pour l'intensité lumineuse de 39751 lm m-2) à 30°C. Des niveaux de maladies inférieurs étaient enregistrés sur des mini plots fertilisés de façon optimale avec le NPK et maintenus à l'état d'humidité élévée que sur des parcelles de faible fertilité et faible humidité. Dans d'autres essais sur des mini parcelles, ces résultats montrent que les facteurs biotiques n'ont pas de rôle étiologique dans pour MFR. La nature virale de la maladie est aussi à douter. Le rougissement de la feuille d'anana peurrait être une réponse au stress environnementaux.

Mots Clés: Ananas comosus, nématodes, Neosartorya fischeri, mealbug wilt

African Crop Science Journal Vol.12(2) 2004: 153-162
Published
2004-08-17
Section
Articles

Journal Identifiers


eISSN: 2072-6589
print ISSN: 1021-9730