PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal of Applied Biosciences

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Savoir traditionnel sur les plantes antipaludiques à propriétés analgésiques, utilisées dans le district de Bamako (Mali)

A Dénou, K Koudouvo, A Togola, M Haïdara, S.M Dembélé, F.N. Ballo, R Sanogo, D Diallo, M Gbeassor

Abstract


Objectif : Le but de cette étude était de recenser les plantes utilisées dans la prise en charge traditionnelle de la douleur palustre.
Méthodologie et résultats : Les enquêtes ont été menées de février à mars 2011 dans le district de Bamako et le cercle de Kati. Les informations ont été collectées par une nouvelle méthode d’enquête ethnobotanique dénommée «Achat en Triplet de Recettes Médicinales (ATRM)» couplée à l’interview semi-structurée auprès de vingt quatre tradipraticiens de santé (herboristes et tradipraticiens de santé composés de dix sept femmes (70,8%) et sept hommes (29,2%). Au total 54 espèces médicinales appartenant à 52 genres de 21 familles ont été recensées. Les Fabaceae (ex-Caesalpiniaceae), les Rubiaceae, les Combretaceae et les Asteraceae sont les familles les plus représentées. Onze espèces ont été recensées par les deux méthodes à la fois. Mitragyna inermis et Anogeissus leiocarpus étaient les plus citées. Les recettes de la présente étude sont principalement préparées par décoction (92,8%) et majoritairement administrées par voie orale (52,6%). Les espèces recensées provenaient principalement des savanes, foret, champs de culture et de jachère. Mitragyna inermis (Willd.) O. Kuntze, Afrormosia laxiflora (Benth. ex Bak.) Harms, Parkia biglobosa (Jacq.) Benth, Pteleopsis suberosa Engl. & Diels, Cassytha filiformis Linn., Tamarindus indica Linn., sont véritablement menacées dans leur biotope à cause de leur surexploitation en médecine traditionnelle et méritent d’être sauvegardées pour leur conservation aux générations futures.
Conclusion et application des résultats : La présente étude montre que les herboristes et tradipraticiens de santé de Bamako connaissent des plantes analgésiques utilisées dans la prise en charge traditionnelle du paludisme. Cette étude a aussi montré que certaines espèces sont menacées. Des investigations ultérieures sont nécessaires pour sélectionner certaines espèces identifiées puis vérifier in vivo leurs activités analgésiques.

Mots clés : Ethnobotanique, plantes antipaludiques, propriétés analgésiques, nouvelle méthode, Mali.




http://dx.doi.org/10.4314/jab.v112i1.3
AJOL African Journals Online