PROMOTING ACCESS TO AFRICAN RESEARCH

Journal of Applied Biosciences

Log in or Register to get access to full text downloads.

Remember me or Register



Caractérisation et évaluation de la phytotoxicité des filtrats de culture de souches de Mycosphaerella fijiensis issues des principales zones de production de bananes en Côte d’Ivoire

Ler-N’Ogn Dadé Georges Elisée Amari, Gilles Alex Pakora, Brahima Camara, Nicaise Alexis Lepengue, Daouda Kone

Abstract


Objectifs : Cette étude a été conduite afin de rechercher la production de toxines par des souches ivoiriennes de M. fijiensis, et d’étudier leur implication dans le développement de la maladie des raies noires (MRN) du bananier, causée par ce champignon. Elle a consisté à déterminer la diversité des métabolites produits par ces isolats fongiques et à évaluer la phytotoxicité de leurs filtrats de culture sur les feuilles de variétés de bananiers présentant au champ un comportement variable à la MRN.
Méthodologie et résultats : Pour réaliser cette étude, une caractérisation physico-chimique des filtrats de culture des souches de M. fijiensis a été effectuée. Elle a mis en évidence trois principaux groupes de métabolites secondaires : les saponines, les stérols et terpènes et les alcaloïdes. Le test d’induction de nécroses a été réalisé pour déterminer l’activité phytotoxique des filtrats après leur infiltration dans le limbe des feuilles des bananiers. Les résultats ont montré qu’au bout de 48 heures, seulement certains filtrats de cultures du champignon ont pu induire des nécroses dans les feuilles des variétés de bananiers. La variété partiellement résistante à la MRN (FHIA 23) s’est révélée la plus résistante à la toxicité des filtrats de culture à la différence des variétés très résistante (Calcultta 4) et sensible (Grande Naine) à la maladie.
Conclusion et application des résultats : Les souches de Mycosphaerella fijiensis issues de la Côte d’Ivoire sont capables de produire des métabolites toxiques pour les bananiers. Ces toxines participent au développement des nécroses foliaires chez le bananier et sont tout au moins impliquées dans l’extension de
ces symptômes et par conséquent peuvent constituer un outil simple d’évaluation rapide de la résistance des variétés de bananier à la MRN. Un probable  contournement de la résistance totale de Calcutta 4 peut être envisagé chez cette variété de bananier par M. fijiensis.


Mots clés : métabolites secondaires, Mycosphaerella fijiensis, bananier, phytotoxicité, maladie des raies noires, Côte d’Ivoire.




AJOL African Journals Online