Les cellulites cervico-faciales à propos de 127 cas : aspects diagnostiques et thérapeutiques

  • N Zagrhé
  • Y.M.C. Gyébré
  • A Gouéta
  • E Bakyono
  • M Ouattara
  • K Ouoba
Keywords: Cellulite cervico-faciale - Diagnostic – Traitement, Cervicofacial cellulitis-Diagnosis – Treatment

Abstract

Les cellulites cervico-faciales sont encore d’actualités dans nos régions avec une gravité potentielle. Le but de notre étude était de rapporter les difficultés diagnostiques et thérapeutiques de cette pathologie dans notre contexte. Il s’est agi d’une étude rétrospective menée entre janvier 2005 et décembre 2014 dans le service ORL du Centre Hospitalo-Universitaire Yalgado Ouédraogo de Ouagadougou. Pendant ces 10 ans, 127 cas de cellulites cervico-faciales ont été colligés soit 4,2% des hospitalisations et 13 cas par an. L’âge moyen était de 27 ans avec un sex ratio de 2,03. La cellulite s’est présentée soit sous forme circonscrite (48%) soit sous forme diffuse (52%). Dans la cellulite cervico-faciale diffuse, 58% de nos patients avaient présentés une forme gangreneuse et 42%, une forme phlegmoneuse avec des signes de compression aérodigestive. La prise isolée d’antiinflammatoire non stéroïdien (AINS) a été le facteur favorisant le plus incriminé dans 59% des cas. La porte d’entrée de l’infection a été surtout dentaire (37%), puis amygdalienne (27%). Le profil polymicrobien de ces infections était difficile à établir car 52% des prélèvements était stérile. Le streptocoque a été le germe plus isolé dans les prélèvements.

Le traitement était médicochirurgical dans 78% des cas. Tous les malades avaient bénéficié initialement d’une antibiothérapie probabiliste. Elle était ensuite adaptée en fonction du germe trouvé. L’évolution a été marquée par des complications dans 69 cas (54,3%), dominées par la médiastinite par diffusion thoracique et la septicémie. Après le traitement, l’évolution a été favorable dans 85,8% des cas dont 8 cas de séquelles. La mortalité était de 9,4%. La cellulite cervico-faciale est une affection grave touchant souvent des adultes jeunes. Elle nécessite une prise en charge précoce et multidisciplinaire. L’automédication par les anti-inflammatoires des infections bucco-pharyngées en particulier dentaire, en l’absence d’une antibiothérapie adaptée, est le principal facteur favorisant. D’où une éducation médicale des populations.

Mots clés: Cellulite cervico-faciale - Diagnostic – Traitement

English Abstract

Cervico-facial cellulitis is still very common in our regions with potential severity. The aim of our study was to report the diagnostic and therapeutic difficulties of this pathology in our context. We did a retrospective study between January 2005 and December 2014 in the ENT department of the University Hospital Yalgado Ouedraogo of Ouagadougou. During these 10 years, 127 cases of cervico-facial cellulitis were collected, 4.2% in-patient admissions and an average of 13 cases per year. The mean age was 27 years with a sex ratio of 2.03. The cellulitis presented in a circumscribed form (48%) or a diffuse form (52%). In the diffuse cervico-facial cellulitis, 58% of our patients presented a gangrenous form and 42% a phlegmonous form with signs of aerodigestive compression. Isolated use of NSAIDs was the most incriminated favoring factor in 59% of the cases. The portal of entry for the infection was mostly of dental origin (37%), then tonsillar (27%). The polymicrobial profile of these infections was difficult to establish because 52% of the samples were sterile. Streptococcus was the most isolated germ in the samples. The treatment was medicosurgical in 78% of cases. All the patients benefited initially from a probabilistic antibiotherapy. It was then adapted according to the incriminated germ. The evolution was marked by complications in 69 cases (54.3%) dominated by mediastinitis occurring by thoracic seeding and sepsis. After treatment, the evolution was favorable in 85.8 % of the cases among which 8 cases of sequelae. The mortality was  9.4%. Cervicofacial cellulitis is a serious pathology often affecting young adults. It requires an early care and a multidisciplinary team. Automedication with anti-inflammatory drugs in oropharyngeal infections particularly of dental origin, in the absence of an adapted antibiotherapy is the main favorizing factor. Hence the need for sensitization of populations.

Keywords: Cervicofacial cellulitis-Diagnosis – Treatment

Published
2016-10-04
Section
Original Paper

Journal Identifiers


eISSN: 1997-3756
print ISSN: 1997-3756