Main Article Content

Performance économique de différentes formes commerciales de manioc (<i>Manihot esculenta</i> Crantz) vendues à Lubumbashi en République Démocratique du Congo Economic performance of different commercial forms of cassava sold in Lubumbashi, Democratic Republic of the Congo


Kimbala Kyembo Delphin
Kirongozi Swedi
Mumba Tshanika Urbain
Jules Nkulu Mwine Fyama

Abstract

Description du sujet. La consommation du manioc en République Démocratique du Congo est la plus élevée au monde ; c’est ainsi qu’il est cultivé dans toutes les provinces du pays. En effet, le Haut-Katanga fait partie des provinces de la RDC dont la production du manioc est déficitaire.
Objectif. Cet article décrit les différents modes de transformations des maniocs mis en vente et évalue la performance économique de chaque forme commerciale présente sur les marchés de Lubumbashi.
Méthodes. Une enquête quantitative et qualitative a été réalisée auprès de 60 commerçantes de manioc (sous formes variées) évoluant sur les différents marchés de la ville de Lubumbashi. La collecte des données a été réalisée entre avril et juin 2022 moyennant un questionnaire d’enquête.
Résultats. L’étude révèle que la commercialisation des maniocs sous différentes formes à Lubumbashi est tenue à 100 % par des femmes, en majorité mariées et moins instruites. Par ailleurs, le processus de transformation de ces maniocs est à 90 % manuel et artisanal. Economiquement, le capital investi dans chaque forme commerciale du manioc dégage un bénéfice qui varie en fonction du niveau de transformation. Et après le test de rentabilité, le manioc transformé, appelé Chombo chakabiola (Manioc fermenté et moulu) suivi du manioc frit, génèrent plus de bénéfices comparativement à d’autres formes commerciales.
Conclusion. Lubumbashi étant une ville cosmopolite, le pouvoir public a tout intérêt de mettre en place des stratégies pour augmenter la production du manioc et encadrer ce commerce pour bénéficier en retour un avantage en termes des fiscalités.


Description of the subject. Cassava is highly consumed in the DRC. It is grown in each province of the country. There is an overproduction in most parts of the country, with the exception of a few provinces. Haut-Katanga is one of the provinces where cassava production is less according to the demand. Therefore, cassava is daily consumed in Lubumbashi in several forms.
Objectives. The paper describes various ways in which cassava is processed and evaluates the economic performance of each commercial form present on Lubumbashi’s markets.
Methods. To achieve this objective, a survey was carried out among 60 female traders of cassava in various forms, operating in different markets of the Lubumbashi city, to collect data between April and June 2022 using a survey questionnaire.
Results. The study reveals that 100 % of cassava sellers in Lubumbashi are ensured by women, most of them are married and less educated. Moreover, the processing of these cassava remains 90 % manual and artisanal. Economically, the capital invested in each commercial form of cassava yields a benefit that varies according to the level of processing. Then, the profitability test, Chombo chakabiola (fermented and ground Cassava), followed by fried cassava, generated higher benefits than other commercial forms.
Conclusion. As Lubumbashi is a cosmopolitan city, it's in the public authorities' interest to put in place strategies to increase cassava production and regulate the cassava trade, so as to benefit in return from tax advantages